• Dersu Uzala est un film d'Akira Kurosawa avec Maksim Munzuk et Yuri Solomin.

    Synopsis :

    En 1902, Vladimir Arseniev, géographe, engage Dersou pour le guider dans la région de l'Oussouri. Dersou est un grand chasseur. Sa vie dans la foret lui impose amour et respect pour la nature, une passion qu'il communique a Vladimir.

     

    Mon avis :

    Stop arrêtez tout ! Toi qui lis cette chronique. Tu t’arrêtes et tu cherches immédiatement ce film sur internet, tu le trouves en DVD, tu le télécharges légalement ou non. Mais tu TROUVES ce film et tu REGARDES ce film. TOUT DE SUITE.

    Une fois que tu auras fait cela très cher lecteur, tu pourras continuer à lire mon avis.

    Parce que oui, Dersu Uzala est un film à voir. Il m’a profondément touchée. C’est tout ce que j’aime, une amitié forte (très forte) entre deux hommes que rien ne prédestinaient ni à se rencontrer ni à s’entendre, des grands espaces et un magnifique message écologique.

    Le film est russe. Oui oui, un film russe réalisé par un japonais. J’avoue que lorsque le film a débuté et que tout s’est affiché dans cette langue, je me suis demandé si c’était le bon film. Mais oui. Comme quoi, même après plusieurs films, Kurosawa arrive à me surprendre encore. Cinématographiquement, y’a tellement rien à critiquer : c’est beau, bien joué, bien filmé … Un tel savoir-faire est effarant.  Le passage quand les deux personnages se perdent sur le lac gelé est juste magnifique, j’en mangeais ma couverture pour savoir comment ça allait finir. Et la fin…

    Et pour conclure, je laisse le dernier mot à Jean-Jacques Annaud

    Cinéma - Dersu Uzala


    2 commentaires
  • En tant que fan de star wars, je ne pouvais pas passer à côté !

    Et je suis très agréablement surprise de la présent de Mon Mothma !

    Profitez bien ! Et rendez vous en décembre pour le "casse de l'univers"


    votre commentaire
  • Petits meurtres entre amis est un film de Danny Boyle  avec Kerry Fox, Christopher Eccleston et Ewan Mcgrefor

    Synopsis :
    A la recherche du colocataire idéal, trois amis font passer un examen d'entrée très strict à bon nombre de postulants jusqu'à ce qu'ils découvrent la perle rare en la personne de Hugo. Celui-ci se révèlent tellement discret qu'il meurt en silence, enfermé dans sa chambre, quelques heures seulement après avoir emménagé. Avec le corps se trouve une valise pleine de billets qui va rapidement avoir raison d'une longue amitié.

    Mon avis :

    Quand Obi-Wan Kenobi et Dr Who sont en colloque… bin c’est vite le bordel !

    Donc dans ce film, on a une bande de potes (2 mecs, une nana) qui cherche un nouveau colloque. Une fois le candidat parfait trouvé, celui-ci meurt en laissant un gros paquet de pognon… mais alors un sacré paquet… Commence alors la lente descente en enfer du trio.

    Je ne trouve pas grand-chose à dire, c’est parfois drôle parfois triste. Mais on voit clairement comment l’argent pousse à tout et comment il détruit une belle amitié…

    À méditer

    Cinema - Petits meurtres entre amis

    Cinema - Petits meurtres entre amis


    votre commentaire
  • Yojimbo est un film d'Akira Kurosawa avec Toshiro Mifune, Tastuya Nakadai et Yoko Tsukasa.

    Synopsis :

    À la fin de l’ère Edo, un samouraï, Sanjuro, arrive dans un village écartelé entre deux bandes rivales, menées d’un côté par le bouilleur de saké, de l’autre par le courtier en soie. Les deux bandes veulent s’adjoindre les services de Sanjuro…

     

    Mon avis :

    Et encore un super film de Kurosawa qui s’attaque à une guerre des gangs dans un petit village. Sanjuro, un samouraï errant arrive donc dans ce village, et compte bien en profiter de ce conflit pour s’en mettant plein les poches. Il fait monter les enchères sur le prix que les gangs devraient lui payer pour devenir garde du corps, mais évidemment, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

    Au début on a donc un personnage qui joue littéralement avec les gangs, puis un événement va le ramener à des valeurs plus proches de sa condition et il va démontrer tout son talent. On retrouve aussi un vieux tenancier de la « taverne », exubérant, terrifié et qui devient l’ami du samouraï. Kurosawa n’oublie jamais les petites gens dans ces films, qui paient souvent le prix des jeux des puissants.

    Un élément très marquant pour moi dans ce film c’est la musique. Absolument géniale, elle donne toute sa puissance à ce film.

    La fin est juste ÉPIQUE. Cette opposition entre le sabre et les armes à feu. Épique.

    Je ne trouve pas grand-chose à dire, puisque c’est toujours magnifiquement filmé, avec des plans longs et à hauteur humaine. Les scènes de sabres sont efficaces et pas bourrées d’artifice comme aujourd’hui. C’est clair, net et précis.

     

    Cinema - Yojimbo


    votre commentaire
  • Qui marche sur la queue du tigre est un film d'Akira Kurosawa avec Takashi Shimura, Kenichi Enomoto et Masayuki Mori

    Synopsis :
    Au XIIe siècle, les guerres de clans font rage au Japon. Le prince Yoshitsune est pourchassé par son frère aîné, jaloux de sa récente victoire sur le clan Heike. Yoshitsune prend la fuite, aidé par six fidèles vassaux déguisés en moines pour tromper leurs poursuivants. Mais avant de quitter le territoire, il leur faut traverser le poste-frontière d’Ataka, minutieusement gardé par les hommes de son frère…

    Un extrait (car j'ai pas trouvé de bande annonce ...)

     

    Mon avis :

    Que voilà un bien étrange moyen métrage (1 h), entre film historique, voyage et « comédie musicale ». En effet, on y chante beaucoup dans ce film qui raconte un événement simple : passé un poste-frontière.

    Alors je dois avouer que je n’ai pas compris le titre par rapport au film… surement qu’il me manque un élément de culture japonaise pour le comprendre (ceci est un appel à peine dissimulé à maman pour me trouver des livres sur le cinéma de Kurosawa… et je sais que tu lis mes articles avec attention maman). Mais sinon, le film est très beau et bien conté sans aucune difficulté de lecture.

    Kurosawa, c’est quand même le réalisateur des « ploucs ». J’entends par là qu’il met régulièrement en scène de pauvres ères, des paysans, des pauvres, qui sont tous d’une exubérance exacerber comparé au samouraï ou la noblesse. Mais il le fait tellement bien qu’on se prend d’affection pour eux, alors qu’ils se retrouvent souvent dans des situations qui les dépassent.

    Un film subtil et surprenant.

     

    Cinéma - Qui marche sur la queue du tigre ....


    votre commentaire
  • Les salauds dorment en paix est un film d'Akira Kurosawa avec Toshiro Mifune, Masayuki Mori et Kyoko Kagawa.

     

    Synopsis :Dans les salons d’un grand hôtel, Iwabuchi, président d’une importante société immobilière, marie sa fille Yoshiko à Nishi, son secrétaire particulier. Mais alors que l’on s’apprête à couper la pièce montée, un second gâteau en forme d’immeuble, dont une fenêtre est tachée de rouge, est apporté, créant un malaise palpable dans l’assemblée…

    Mon avis :

    Mon premier film non historique de Kurosawa. Souvent, on pense que Kurosawa a été réalisé uniquement des films de sabres, puisque ce sont les plus connus. Mais non.

    Ici, nous sommes dans un film policier qui traite de la corruption et de la soumission aux dirigeants des salariés (bref des thèmes de grande actualité).

    J’avoue que le début du film n’est pas très clair, comme je choisis les films au pif dans la filmographie du maitre, je ne sais jamais à quoi m’attendre. Mais rapidement, on comprend qu’il y a eu un suicide (très très louche). Et que quelqu’un se donne beaucoup de mal pour le rappeler aux bons souvenirs des dirigeants de la très grande entreprise pour laquelle le suicidé travaillait.

    Je n’en dirai pas plus pour ne pas révéler les rebondissements de ce film.

    Cinématographiquement parlant, le film est totalement différent de filmer que ceux que j’ai vus jusqu’à présent chez Kurosawa. J’ai vraiment retrouvé les codes du film noir et j’ai grandement apprécié ça.

    Une autre chose qui m’a marqué est les costumes. Tous les hommes ont des costumes occidentaux alors que les femmes portent encore le kimono. C’est extrêmement flagrant au début avec le mariage « occidental » alors que la mariée est en tenue traditionnelle.

    Bref, ce film en plus d’être très bon, traite de sujet grave et est un vrai reflet du Japon.

    Cinéma - Les salauds dorment en paix


    votre commentaire
  • 12 years a slave est un film de Steve McQueen avec Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender et Lupita Nyong'o (avec bonus Brad Pitt et Benedict Cumberbatch)

    Synopsis : Les États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession.  Solomon Northup, jeune homme noir originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave.  Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité.  Douze ans plus tard, il va croiser un abolitionniste canadien et cette rencontre va changer sa vie…

     

    Mon avis :

    Un très beau film, même si je l’ai trouvé un peu froid…

    Je l’ai beaucoup aimé car il reflète beaucoup de choses, mais le gros défaut pour moi, c’est le manque de « repère » chronologique. Car hormis une fois où on comprend que 2 ans se sont écoulés, on ne sait jamais vraiment le temps qui passe… Mais peut-être que c’était voulu ? Et qu’on se rend compte à la fin du nombre d’années écoulées

    Le film est magnifique interprété et plus que la condition des esclaves, je trouve que l’accent est mis sur l’hypocrisie des maitres. Entre les marchands qui n’en ont rien à faire, le « gentil maitre » qui ne veut pas perdre un investissement et le gros esclavagiste raciste qui se trouve « généreux » car il viole (ou accorde son attention, selon lui) à longue de temps la pauvre Patsey…

    J’avoue que le personnage de Solomon m’a laissée assez froide… On devrait être horrifié parce qu’il lui arrive, et plus ressentir sa souffrance, mais il manque une petite étincelle pour moi. Il fait ce qu’il faut pour survivre, mais sa « décomposition » manque un peu d’étape plus claire. J’ai trouvé Patsey beaucoup plus dramatique (et faut dire qu’elle est beaucoup plus à plaire), et sa scène de flagellation est atroce.

    Un très beau film quoi qu’il en soit, pas récompensé pour rien.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique