• Synopsis : Lorsqu'un Boeing 777 atterrit à l'aéroport new yorkais JFK sans qu'aucun signe de vie n'en émane, Eph Goodweather, un scientifique spécialisé dans les épidémies et les attaques biologiques, est dépêché sur les lieux. A l'intérieur de l'avion, il découvre que tous les passagers sont morts, probablement tués par un étrange virus ou... un monstre non identifié. L'homme fait alors équipe avec un ancien professeur, survivant de l'Holocauste, Abraham Setrakian. Ensemble, ils constituent un petit groupe qui devient rapidement le dernier espoir pour la survie de la race humaine. Des vampires transforment en effet petit à petit la civilisation en un gigantesque buffet. Le sang coule à flots et rien ne semble pouvoir les arrêter...

    Mon avis :

    Une série qui ne m’a pas passionné et que je n’ai pas vraiment trouvée originale.

    Cette série n’est qu’une version vampirique de l’invasion de zombies. Car les zombies sont ici des vampires. La seule originalité pour moi, c’est la contamination qui se fait par des vers. Mais à part cela, c’est une sensation de déjà vu que j’ai eue tout au long de la série. Dès le début avec l’avion, je n’ai pu m’empêcher de penser à Fringe. Et rien ne donne vraiment de nouveau au sujet. À aucun moment je n’ai été surprise. Je me suis dit que la série allait devenir un peu plus intéressante à l’arrivée de la « brigade vampire », mais non… On les voit 15 min maximum. Ils seront sans doute pus important dans la saison 2, mais je ne la regarderai surement pas.

    L’histoire, vous l’aurez compris ne m’a pas emballée, il en est de même pour les personnages. Ils sont tous supers stéréotypés ! Et les personnages féminins sont nuls. Bref, aucune originalité de ce côté. Bien qu’un ou deux personnages soient attachant.

    On pourra lui accorder de sortir le vampire de sa mode actuelle, à savoir le beau gosse à la Twilight. Mais encore, bonjour le maquillage latex qui saute aux yeux… (du moins aux miens)

    Pour moi, à part réussir le combo vampire, zombie et nazi, je n’y ai pas trouvé grand intérêt. Je suis assez déçue, car on m’en avait dit beaucoup de bien, et habituellement j’ai beaucoup ce que fait Del Toro… dommage


    votre commentaire
  • Synopsis :Nous sommes en 1946. La paix est désormais revenue sur la planète. Les hommes sont revenus du front et Peggy est de nouveau reléguée, obligée de s'occuper des basses oeuvres administratives du SSR (Strategic Scientific Reserve), alors qu'elle aimerait tant retourner sur le terrain et botter les fesses des criminels. Pour Peggy, la période est compliquée, d'autant plus qu'elle vient de perdre l'amour de sa vie : Steve Rogers, également connu sous le titre de "Captain America".

    L'ingénieur Howard Stark, une vieille connaissance, se retrouve accusé de vente d'armes illicite. Il contacte alors la seule personne en qui il ait réellement confiance : Peggy. A charge pour elle de traquer les vrais coupables : ceux qui ont effectivement vendu les armes, afin de laver l'honneur de Stark. Elle est aidée dans cette tâche par Edwin Jarvis, le majordome de Stark. Une tâche qui ne convient pas forcément à ce dernier : Jarvis n'aime pas vraiment les surprises, lui préférant la routine et le quotidien.

    La double vie de Peggy est dangereuse. Et plus ses enquêtes progressent, plus elle découvre la vraie nature de l'organisation pour laquelle elle travaille. Elle en vient même à douter de l'innocence d'Howard Stark...

     

    Mon avis :

    Découverte dans Captain America , j’avais beaucoup aimé ce personnage féminin. Qui ne se laisse pas faire et creuse son chemin parmi les mecs plutôt misogynes de l’armée. Alors quand une série a été annoncée, j’étais aux anges ! Mais j’avais aussi un peu peur qu’il ne nous la cantonne à son rôle d’amoureuse éplorée.  

    Et donc après la plutôt décevante série sur les Agents du Shield, mon estime pour les séries Marvel est remontée en flèche. Car cette courte série de 8 épisodes est juste superbe. L’intrigue est plutôt sympa et on se laisse vite prendre par les événements. Mais c’est surtout sa galerie de personnages qui donne de la force à cette série. Je vais parler uniquement des trois que j’ai beaucoup aimés : Peggy bien sûr, Jarvis et l’agent Souza.

    On va donc commencer par Peggy, qui comme son sexe lui en impose à l’époque, elle est reléguée à la paperasserie. Elle sait que le monde autour d’elle est sexiste, et elle s’en accommode du mieux qu’elle peut. Et ses collègues le lui rappellent bien. Sauf qu’elle ne se laisse pas faire. Et quand Howard Stark lui demande son aide, elle fonce. Et grand bien lui fasse, car elle sera indispensable pour l’intrigue. Et elle n’a pas besoin de personne pour se défendre : elle déculotte ses ennemies très bien toute seule. C’est même plutôt elle qui protège Jarvis. Bref, elle est brillante, classe et se démerde très bien sans aide masculine. Ce que j’ai aimé aussi, c’est qu’à la fin de la série, elle tourne la page Captain America. Oui, Steeves Roger est mort, pas la peine de rester bloqué dans le passé. Et ça, c’est bien, car ça veut dire qu’ils ne vont pas nous la bloqué dans le « l’amour de ma vie nia nia nia nia ».

    Serie TV - Agent Carter

    Après il y a Jarvis, oui oui comme le nom de l’IA de Tony Stark… et avant d’être une AI, c’était le majordome d’Howard Stark. C’est le stéréotype pur de l’anglais aux USA. Très guindé et maniéré, mais avec ce charme so british, il est une aide précieuse pour Peggy, surtout en terme de logistique puisqu’il a accès à toutes les ressources de Stark. Souvent maladroit, mais toujours plein de bonne volonté et très serviable, on s’attache vite !

    Serie TV - Agent Carter

    L’autre personne que j’ai beaucoup aimée, c’est l’agent Souza, car d’un certain point de vue, il est un peu l’alter ego de Carter… Il est handicapé. Donc il est souvent mis au placard par les autres. Au début, il défend Peggy après des remarques désobligeantes des autres. Réaction de Peggy : la prochaine fois du la boucle, je me défends très bien toute seule. On pourrait trouver la remarque de Peggy déplacer, mais non, elle fait comprendre direct que si elle n’a pas besoin qu’on la défende. Ton coté paternaliste, tu te le colles là où je pense. Par la suite, il comprend bien la leçon et se relève une aide précieuse pour Peggy.
     

    Serie TV - Agent Carter

    Bon après, il y a tout plein d’autres personnages attachant : les copines de Peggy par exemple. On évite un peu le complexe de la schroumphette aussi, ce n’était pas forcement simple vu l’univers macho de base.

    Puis il y a un charme rétro dans cette série qui est vraiment cool. J’aime cette ambiance « American Graffiti » ou « Happy days ».

    En conclusion, une série super sympa. Ne vous privez surtout pas de ces 8 épisodes et vivement une prochaine saison !

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Synopsis :Une nouvelle vision des mythiques sorcières de Salem, dans le Massachussets du XVIIeme siècle. Une tentative audacieuse de percer à jour le côté obscur et surnaturel de cette période infame de l'Amérique...

    (kof kof le synopsis d'Allociné ...)


    Salem
    ''Salem'' : la bande-annonce intégrale de la saison 1

    Mon avis

    Il faut avouer que faire un énième programme sur Salem n’était pas forcément chose aisée puisque le sujet a été abordé à peu près sous tous les angles.

    La série se regarde, mais sans plus. Je n’ai pas vraiment adhéré aux intrigues que je trouve trop simples et déjà vu. Le parti pris de ne pas être subtile sur la présence de sorcière ou non doit y être pour quelque chose. Car oui, il y a clairement des sorcières et du fantastique. L’ambiance est noire et sombre, les personnages pas vraiment glauques pour être assez crédible. On aurait pu avoir une série avec de très bon personnages féminins forts … mais au final, ils sont stéréotypés et reste plus des « victimes ». Puis on resta dans du bon sentiment quand même… Et la fin de la saison est juste capillotractée pour qu’on regarde la suite… Et j’avoue qu’elle m’a un peu soulée…

    Il y a de bonnes idées, mais pas suffisamment pour ne pas avoir l’impression de « familier ». Puis on reste dans le stéréotype des sorcières : soit belle et plantureuse ou vieilles et moches.

    J’ai trouvé quelques-unes des actrices très intéressantes et j’aimerai bien les revoir dans d’autres productions.

    Le générique de début est vraiment sympa, et le fait que ça soit une chanson de Marilyn Manson n’y est surement pas étrangère.

    Mais globalement, la saison ne m’a fait ni chaud ni froid. Il n’y a que 13 épisodes alors il n’y a pas de raison de vraiment se priver. Mais je ne sais pas si je regarderai la suite.

     


    votre commentaire
  • Synopsis :

    Le Prince Galavant, héros des contes de fées toujours prêt à défendre la veuve et l’orphelin, est en guerre contre l'affreux Roi Richard qui lui a volé l'amour de sa vie, la belle Madalena. Pour la retrouver et reconquérir son coeur, il doit traverser les royaumes, les montagnes et les forêts, combattre des dragons, déjouer les pièges de son ennemi juré.. et chanter !

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Mon avis :

    J’avoue que je me suis bien marée devant cette courte série (8 épisodes de 20 minutes). L’histoire globalement est classique… au début. Le chevalier Galavant, héros du peuple est à deux doigts d’épousé sa bien-aimée. Mais la femme de sa vie est enlevée par un méchant (kof) Roi… qu’elle épouse, car il a le pognon. Les princesses ne sont plus ce qu’elles étaient… Le tout en chanson. C’est une autre princesse qui vient le sortir de sa bouse.

    Bon après on a péripétie sur péripétie absurde. Vous allez voir un tournoi de chevalier E-P-I-Q-U-E. On se marre, car franchement c’est trop con parfois. Les personnages sont tous aussi débiles et stéréotypés les uns que les autres, mais c’est voulu. Le roi méchant qui est une vraie mauviette m’a fait crever de rire ! Son humour est tout pourri, mais j’adore !

    Les chansons sont sympas et les chorégraphies simples, mais efficaces. C’est Alan Menken qui est aux commandes, et il se permet même de faire un clin d’œil à une de ses précédentes œuvres : la petite sirène.

    Bon si vous avez un peu du temps et que vous avez envie de voir une série « conte de fée bourrée », faites-vous plaisir !

     


    votre commentaire
  • En octobre 2014, se tenait à Lyon les Intergalactiques (site web).
    A cette occasion, il y a eu une conférence sur l'écologie dans le cinéma SF avec Le Fossoyeur de Films, Jean-Pierre ANDREVON (Gandahar, 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction) et Christian CHELEBOURG (Les Écofictions, Mythologies de la fin du monde).

    J'ai trouvé très intéressant et je tenais à y partager avec vous.


    votre commentaire
  • Il y a 20 ans, arrivait Sailor Moon sur nos écrans. Une super série que j’ai adorée, où j’ai chialé, où j’ai ri, etc.… On connait tous ce générique hein !

     

     

    Alors quand il a été annoncé une nouvelle série plus fidèle au manga pour fêter ses 20 ans, quelle ne fut pas ma joie… vite retombée !

    Car oui, Sailor Moon Crystal s’avère décevant. À vrai dire, je pense que j’ai regardé, et vais continuer à regarder QUE parce que ça s’appelle Sailor moon. Parce que sinon, c’est juste un manga magical girl comme les autres.

    On va commencer par le graphisme. Le choix de faire un graphisme plus proche du dessin de Naoko Takeuchi est « normal », après on aime ou on n’aime pas. Mais le souci, c’est le changement de design au sein des épisodes. Ouais… on dirait que les graphistes n’ont pas toujours été capables de faire le même design dans les épisodes ! Et parfois, sérieux, c’est laid ! D’ailleurs, de nombreuses modifications ont été apportées au DVD ! Même le générique a été retouché au fur et à mesure ! Donc soit la TOEI a payé des stagiaires, faute de moyens (et encore en général les stagiaires s’appliquent, car ils jouent gros), soit ils se sont dit que ce n’était pas la peine de se péter le cul, car comme c’était estampillé Sailor Moon les gens regarderaient… Dans tous les cas, je trouve qu’ils se sont bien foutus du spectateur.

    Venons en à l’histoire, qui suit le manga… quand ça les arrange en fait… Car bon, si globalement on retrouver la trame du manga, j’avoue qu’ils ont bien pris la peine de pousser le côté romance. Mais avant, parlons des filles. J’ai trouvé les 4 guerrières Sailor totalement effacées et à part à la fin pour donner leurs pouvoirs à Sailor Moon, bien pas grand-chose… adieux la belle fraternité entre filles même si certaines scènes montrent l’inverse. Je parle d’un sentiment global, car je n’ai même pas été touché quand elles « meurent »… Ha OK… Venons-en à Sailor Moon et Mamoru. Usagi n’a presque pas ce coté pleurnicharde et maladroite et on verse trop vite dans le Mamo-chan je t’aime nia nia nia. Mamoru est lui juste inintéressant… Ma grosse déception vient du Dark Kingdom.  Très rapidement, j’ai compris qu’ils allaient nous jouer la carte de la romance entre les 4 princes et les sailors, puisque les 4 princes ne se font pas zigouiller au fur et à mesure. Tout ça à cause de ce dessin :

     

    Manga - Sailor Moon Crystal

    Sauf que voilà… c’est insipide ! Et quand les 4 messieurs meurent (par le pet de Metallia comme dirais une bonne copine)… bien rien… Franchement, moi j’étais prête à libéré tout mon cul cul gnianisme avec des « je me jette devant ma sailor au ralenti avec un Noooooon » pour rendre le tout super tragique… bin nada quoi ! Pourquoi mettre ses éléments de romances qui au final sont plates ? (Ha oui, et perso, j'adorai le côté minette de zoizite dans la vieille version ! Rendez moi ma fiotte !!)

    Et là on en arrive à ce constat : cette adaptation manque totalement d’émotions. On ne vibre pas, la romance est à peine crédible, elle est là car elle doit être là, mais voila. Pas de bataille épique où nos cœurs s’arrête, pas une larme quand les filles meurent… Même la musique n’est pas super !
    OK je générique de début est plutôt cool, mais c’est peut être la meilleure chose du manga.

     

    Donc pour résumé, un manga bâclé et qui manque totalement d’émotions. Je suis déçue ...

     

    Pin It

    votre commentaire
  • J’ai enfin maté Star Trek la série originale. Je connaissais déjà les films (les vieux films, on en reparlera peut-être un jour), mais je n’avais jamais vu la série dont il était à l’origine. Voilà cela est choses faites.

    Composée de 3 saisons (même si en fait, le terme saison n’a pas grand-chose avoir avec ce qu’on appelle saison maintenant puisque je pense que vous pouvez regarder les épisodes dans n’importe quel ordre, ça va pas changer grand-chose…), je pense honnêtement que c’est une bonne série, mais qui sous certains points à super mal vieillit… mais ça lui donne son charme aussi. Ce qui vient tout de suite à l’esprit en regardant la série, c’est les « effets spéciaux » et les décors carton-pâte ! Alors oui, dans les années 60, pour une série c’était super, mais aujourd’hui ça fait bizarre. Perso j’adore, donc ça ne m’a pas gêné outre mesure.

    Côté histoire, on suit les aventures de l’Enterprise et de son équipage. Je ne vais pas détailler tous les personnages, car ils sont assez nombreux et je serai incapable de dire lequel est mon préféré, car ils ont tous leurs particularités qui les rends attachants tous autant qu’ils sont. Une chose aussi m’a marqué, c’est le nombre de morts dans la série… ouais parce que je ne m’attendais pas à voir des membres d’équipages mourir (je ne parle pas des personnages principaux, mais des personnages lambda). Quant à nos héros, ils doivent tranquillement mourir aux moins une fois chacun avant de « ressusciter » par des rebondissements de scénario. Mais là encore, comme on sait qu’il y a 3 saisons, on perd un peu du suspense, car par exemple, on sait que Kirk ne peut pas mourir quand il se fait flinguer dans le 3e ou 4e épisode (ou un truc comme ça, les experts me corrigeront). Bien qu’il y ait de l’action, c’est de l’action année 60, mais j’ai beaucoup aimé les combats au corps à corps, car on reste dans un truc « normal », bref les mecs dont pas de kung-fu, ils ont mal quand ils se reprennent une baigne…

    Une chose sur laquelle je voudrais revenir est le fameux « baiser » entre Uhura et Kirk, premier baiser « interracial » de l’histoire de la TV, qui avait fait scandale à l’époque. SERIEUX ? Scandale ? c’est là aussi qu’on voit quand même que la société été raciste. Car c’est un baiser plus que forcer et franchement voilà quoi… Puis alors ça me fait doucement rigoler, car je n’ai jamais entendu parler de scandale quand Spock embrasse lui aussi des humaines… visiblement il fallait mieux embrasser un extra-terrestre blanc qu’une humaine noire. Mais enfin, je me trompe peut-être. Bref, beaucoup de bruit pour rien je dirai.

    Série TV : Star Trek

     

    Son manque de bataille spatiale pourra aussi laisser certains perplexes. Bin ouais ! Il n'y en a PAS ! car c’est pas une série de guerres spatiales. Et ça là aussi une des particularités de la série, c’est qu’elle est basée sur la découverte et l’exploration pacifiste. Et ça, c’est cool. Et on pourrait bien en prendre de la graine à l’heure où certains nous parlent de « choc des civilisations ou de grand remplacement ».

    Cette série est bon vraiment sympa et se regarde avec plaisir. Mais bien sûr, elle ne conviendra pas à tous du fait de son ancienneté, de son « manque d’action » et de bataille.

     

     

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique