• Kagemusha, l'ombre du guerrier est un film d'Akira Kurosawa avec Tatsuya Nakadai, Tsutomu Yamazaki, Kenichi Hagiwara ...

    Synopsis :

    En 1573, le Japon est le théâtre de guerres incessantes entre clans rivaux. Le plus puissant de ces clans est commandé par Shingen Takeda. Au cours du siège du château de Noda, Takeda est blessé à mort par un tireur embusqué. Pour éviter que son clan perde de sa cohésion dans des luttes intestines, Shingen demande que sa mort reste cachée pendant trois ans. Un ancien voleur, épargné pour sa ressemblance avec le seigneur de la guerre, fait alors office de doublure avec la complicité des généraux, afin de duper leurs nombreux ennemis à l'affût.

    Mon avis :

    Un pur régal cinématographique… c’est à se demander si un savoir cinématographique ne s’est pas perdu tellement on ne voit plus une telle qualité dans le cinéma !

    Plusieurs choses m’ont frappée.

    Tout d’abord le cadrage, on dirait parfois que la caméra est fixe et qu’on est sur une scène de théâtre avec le principal protagoniste au centre et les autres autour, prêt à sortir côté cours ou jardin. Toute l’introduction est comme cela, très lente avec un long dialogue.  De quoi perdre d’office beaucoup de spectateurs ! J’ai trouvé ça fantastique et globalement les plans sont beaux… On s’immerge sans difficulté dans le film car tout est tourné à hauteur humaine.

    Une autre chose marquante est la couleur. J’ai vu la version remasterisée, mais cela n’empêche pas que les personnages portent des tuniques très colorées. C’est très agréable puisque de nos jours, on est plutôt dans la mode de décolorer les films pour les rendre ternes. D’ailleurs la gestion de la lumière et des couleurs est un des éléments, avec le cadrage, qui rend ce film d’un esthétisme rare.

    Et enfin, la qualité du scénario. Y’a rien à dire c’est super. On suit l’aventure de cette pauvre doublure, paysan débraillé qui doit prendre la place d’un seigneur. Évidemment, c’est la rencontre de deux mondes ! C’est parfois drôle et parfois très triste.  

    Je connais vaguement l’histoire du Japon donc j’ai réussi grosso modo à situé Kagemusha dans le temps (certaines dates s’affichent mais ça parle pas forcement sur l’état du Japon à ce moment), même je pense que ce film historique est beaucoup plus parlant pour le public japonais ou personnes avec une bonne connaissance du japon. Cependant cela n’empêche en rien de comprendre l’histoire et d’en apprécier la beauté. Surtout les scènes de batailles à la fin.

    Au final c’est un magnifique film  sur tous les points : scénario, mise en scène, acteurs, couleur etc.… Je ne me permets pas de juger la qualité historique, mais au vu de la qualité du reste, on peut penser que le Maitre n’est pas très loin de la vérité.

    Prenez 3h de votre temps pour découvrir ce chef d’œuvre.

    Cinéma - Kagemusha, l'ombre du guerrier

    Bonus : J'ai aussi regardé pour Le film de la semaine (mais sans chronique)

    -Le secret de la pyramide de Barry Levinson. Film sur la jeunesse de Sherlock Holmes, qui avait mit ma témérité enfantine a rude épreuve (spéciale dédicace à ma môman !)

     

    -Superman returns .... un mixte de parodie et de film d'enfant des années 80 avec un gentil bien gentil et un méchant ridicule ... Et je ne parle même pas du personnage féminin qui accompagne Lex Luthor et qui est une HONTE et n'a pour but que l'humiliation de la gente féminine.

     


    votre commentaire
  • 1984 est un film de Rudolph Cartier avec Peter Cushing, Andre Morrel, Yvonne Mitchell et Donald Pleasence.

    Synopsis  :

    De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.

     

    Le film sur youtube :

     

    Mon avis :

     

    Bon, déjà c’est un bon vieux film en noir et blanc avec une image de mauvaise qualité (surement dû à l’âge) mais moi j’aime ce genre.

    Le film, outre son âge, est vraiment super. Mais quel passé (futur) horrible sous Big Brother ! On n’a aucun mal à comprendre les personnages qui sont superbement interprétés.  Personnellement je l’ai surtout regardé pour Peter Cushing, dont on retrouve la gestuelle très martiale qu’il donnera à Tarkin bien plus tard. Une très bonne interprétation qui me change, car je connais surtout dans des rôles « dure » et pas forcement empli d’émotions.

    À regarder si on supporte les vieux films sans musique !

     

    Cinema - 1984

    Cinema - 1984


    votre commentaire
  • Arthur et les Minimoys, suivit de Arthur et la vengeance de Maltazard puis de Arthur et la guerre des deux mondes, est une trilogie de Luc Besson avec Freddie Highmore.

    Synopsis :

    film 1 : Comme tous les enfants de son âge, Arthur est fasciné par les histoires que lui raconte sa grand-mère pour l'endormir : ses rêves sont peuplés de tribus africaines et d'inventions incroyables, tirées d'un vieux grimoire, souvenir de son grand-père mystérieusement disparu depuis quatre ans.Et si toutes ces histoires étaient vraies ? Et si un trésor était véritablement caché dans le jardin de la maison ? Et si les minimoys, ces adorables petites créatures dessinées par son grand-père, existaient en chair et en os ? Voilà qui aiderait à sauver la maison familiale, menacée par un promoteur sans scrupule !Du haut de ses dix ans, Arthur est bien décidé à suivre les indices laissés par son grand-père pour passer dans l'autre monde, celui des Minimoys, et découvrir les sept terres qui constituent leur royaume...

    film 2 : Arthur est au comble de l'excitation : c'est aujourd'hui la fin du dixième cycle de la Lune, et il va enfin pouvoir regagner le monde des Minimoys pour y retrouver Sélénia. Dans le village, tout est prêt pour l'accueillir : un grand banquet a été organisé en son honneur, et la petite princesse a passé sa robe en pétales de rose... C'est sans compter le père d'Arthur, qui choisit précisément ce jour tant attendu pour quitter plus tôt que prévu la maison de sa grand-mère. Au moment du départ, une araignée dépose dans les mains du jeune garçon un grain de riz sur lequel est gravé un message de détresse. Pas de doute, Sélénia est en danger, et Arthur n'a plus qu'une idée en tête : voler à son secours ! Quitte à employer un passage de fortune, tomber tête la première dans le bar de Max, se heurter aux troupes de Kröb, le nouveau tyran des Sept Terres, secourir Bétamèche, combattre des rats, des grenouilles, des araignées velues... et découvrir, une fois arrivé au village des Mimimoys, qu'aucun message de secours ne lui a été envoyé ! Mais qui donc a bien pu piéger ainsi notre jeune héros ?

    film 3: Maltazard a réussi à se hisser parmi les hommes. Son but est clair : former une armée de séides géants pour imposer son règne à l’univers. Seul Arthur semble en mesure de le contrer… à condition qu’il parvienne à regagner sa chambre et à reprendre sa taille habituelle ! Bloqué à l’état de Minimoy, il peut évidemment compter sur l’aide de Sélénia et Bétamèche, mais aussi – surprise ! - sur le soutien de Darkos, le propre fils de Maltazard, qui semble vouloir changer de camp. A pied, à vélo, en voiture et en Harley Davidson, la petite troupe est prête à tout pour mener le combat final contre Maltazard. Allumez le feu !

     

     

    Mon avis :

    Bon, déjà on va faire simple : épargnez-vous les deux derniers films et surtout le 2e. En effet, ce 2e épisode est d’un ennui mortel, il est machiste au possible et n’est qu’une longuuuuuuuuuuuuue introduction du 3e, que vous pourrez regarder sans avoir vu le 2. Mais on prend plaisir à regarder le premier film qui est plutôt sympa, amenant un monde original qui ravira les petits et les grands.

    Globalement j’ai apprécié le 1er film, qui est vraiment pas mal pour les petits garçons. Oui je dis petits garçons, car pour les filles ça va être plus dure. Quand le film est sorti, j’ai entendu dire partout que la princesse était trop bien et très « moderne ». Donc cela veut dire être une pimbêche qui tortille du cul et qui finit dans les bras du héros de toute façon et quia ne sert finalement à rien(et je vous épargne son inutilité dans le 2e film où elle attend tendrement le retour du héros et qui accablé de chagrin se laissera attraper comme une mouche sur une merde par le méchant). Méchant qui par ailleurs est vraiment le personnage le plus sympa (et en plus doubler par le regretté David Bowie). La galerie de personnages est vraiment marrante (malgré un complexe de schrouphette de Sélénia). Et je doigt dire que j’ai vu venir le clin d’œil (enfin là c’est même plus un clin d’œil), gros comme une maison dès que Arthur et Darkos entrent dans le magasin d’antiquité et s’arrêtent devant les armures japonaises.

    J’ai passé un bon moment avec le 1er film, me suis faite flick pendant le 2e qui n’en vaut pas la peine et trouver le 3e qui a le niveau d’un film du l’après-midi sur M6

     

     

    Cinema - la trilogie d'Arthur et les Minimoys

     

     


    votre commentaire
  • Tout en haut du monde est un dessin animé de Rémi Chayé

    Synopsis : 1882, Saint-Pétersbourg. Sacha, jeune fille de l’aristocratie russe, a toujours été fascinée par la vie d’aventure de son grand-père, Oloukine. Explorateur renommé, concepteur d'un magnifique navire, le Davaï, il n’est jamais revenu de sa dernière expédition à la conquête du Pôle Nord. Sacha décide de partir vers le Grand Nord, sur la piste de son grand-père pour retrouver le fameux navire.

    Mon avis : un gros coup de coeur !

    Un superbe dessin animé ! Encore une fois, la création française montre son talent.

    Le style est assez inhabituel, mais cela donne aussi son charme à ce dessin animé.

    On suit avec plaisir le périple de Sacha, petite aristocrate russe, dans le Grand Nord pour retrouver son grand-père. Son courage et sa détermination la feront relever tous les défis.

    J’ai beaucoup apprécié que le DA ne tombe pas dans la facilité en gardant une certaine dureté. En effet, les marins de l’accueil pas à bras ouvert. Il y a bien sûr quelques facilités, mais on reste dans un film pour enfant. Les personnages sont attachants et l’aventure palpitante. Moi qui connais un peu l’expédition Shackleton dont c’est inspiré le réalisateur, j’ai retrouvé beaucoup de choses qui me font aimer les expéditions polaires : le froid, la faim, le danger, la folie… Le sujet est bien traité pour le public visé.

    Un vraiment beau film à voir ! Je ne sais pas s’il pas encore en salle, mais ne le louper pas ! Ou alors il faudra vous jeter sur le DVD !


    votre commentaire
  • Synopsis : Dans le Londres des années 1930, Robert Jekyll, petit-fils du célèbre docteur Henry Jekyll, enquête sur ses origines et sa véritable identité. Il découvre que l'histoire de sa famille est "maudite". Son voyage va le mener aux limites de son propre alter ego, qui semble capable de tout. Tandis que des forces obscures tentent de le retrouver pour mettre la main sur ses pouvoirs.

     

    Mon avis :

    Une série qui se regarde, mais sans plus. Je trouve que l’univers n’est pas super original en lui-même. Ce qui fait le charme de cette série c’est le temps de son déroulement : les années 30, qui change du Londres victorien, et ces personnages. J’ai beaucoup aimé le frère de Jekyll, Ravi, qui permet d’apporter une touche de diversité de façon très cohérente et crédible. La série met aussi beaucoup de personnages féminins en jeu et elles sont vraiment agréables et elles tiennent la route. La série réserve aussi quelques surprises. Mais il n’y aura visiblement pas de saison deux, donc pourquoi bouder 10 épisodes ?


    votre commentaire
  • Tir groupé sur des films sur lesquels je n’ai pas envie de m’étendre plus que cela mais dont je vous donne juste mon avis.

    Ted est un film de Seth McFarlane avec Mark Walberg et Mila Kunis

    Synopsis :  À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son voeu exaucé. Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !

     

    Mon avis : l’idée de base est super intéressante, mais au final on a un film vulgaire et qui fait passer les geek pour des demeurer et donc le rite de passage d’un enfant en homme est le mariage. Messieurs geek vous êtes des attardés et les filles n’aiment pas les geeks. Bref décevant, même si le délire avec Flash Gordon m’a bien fait rire.

    ***************************************************************************

     

    Godzilla est un film de Gareth Edward avec Aaron Taylor-Jones, Ken Watanabe et Juliette Binoche.

    Synopsis :  Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l'humanité semble impuissante...

    Mon avis : Ce film est un condensé des peurs américaines : explosions de centrale nucléaire, tsunami, chute de gratte-ciel et panique générale liée à une quasi-impuissance de l’armée. Les humains sont totalement inutiles dans le film (face à la nature …), mais on arrive quand même à avoir le soldat américain héros à la morale irréprochable qui sauve (presque) tout le monde. Des nanas éplorées inutiles et des gros monstres qui détruisent tous. Heureusement que Ken Watanabe est là pour le plaisir des yeux. Je pense que le film à une double lecture et peut se relever bien plus intéressant  qu’il ne le laisse voir.

     

    Cinéma : Ted et Godzilla


    votre commentaire
  • The revenant est un film de Alejandro G. Inarritu avec Léonardo DiCaprio, Tom Hardy et Domhnall Gleeson

     

    Synopsis  : Dans une Amérique profondément sauvage, Hugh Glass, un trappeur, est attaqué par un ours et grièvement blessé. Abandonné par ses équipiers, il est laissé pour mort. Mais Glass refuse de mourir. Seul, armé de sa volonté et porté par l’amour qu’il voue à sa femme et à leur fils, Glass entreprend un voyage de plus de 300 km dans un environnement hostile, sur la piste de l’homme qui l’a trahi. Sa soif de vengeance va se transformer en une lutte héroïque pour braver tous les obstacles, revenir chez lui et trouver la rédemption.

     

    Mon avis :

    J’ai bien aimé ce film qui est en route pour les Oscars.

    On va essayer de décortiquer un peu, car il y a pas mal de chose à dire. D’abord je trouve le synopsis donné par Allociné assez mauvais. Car on n’est pas tant dans l’histoire d’un homme qui veut survivre pour zigouiller ceux qui l’on abandonner, mais pour se venger de celui qui a tué son fils et tenté de l’enterré vivant. Donc déjà, les motivations ne sont pas exactement les mêmes, bien qu’on parle de vengeance. Et en cela le scénario n’est pas hyper nouveau : survivre  tout prix pour se venger, rien de bien nouveau sous le soleil. Mais c’est tellement bien réalisé que l’on tient bien le film malgré qu’il soit assez long. C’est d’ailleurs un peu un souci de ce format  (film), car il y a beaucoup d’événements dramatiques qui se suivent donnant une impression de « trop c’est trop » tout en n’arrivant pas à s’inquiéter pour le héros dont on sait qu’il survivra à tout.

    Mais pourquoi ça marche ? Parce que la performance des acteurs est géniale. On parle beaucoup de DiCaprio, absolument fabuleux dans le rôle, mais on oubli aussi vite Domhnall Gleeson ou Will Poulter qui s’en sortent aussi très brillamment.  J’ai aussi beaucoup aimé le personnage de Hawk, fils amérindien du héros DiCaprio, qui se cherche une place dans ce monde de blancs très raciste. C’est d’ailleurs l’un des thèmes du film à mon avis. Il faut dire que la cohabitation entre les Amérindiens et les blancs (anglais et français) ne fut pas vraiment très amicale…  Mais les sauvages, ils sont partout … D’ailleurs le film est peut-être un peu trop violent à mon goût, mais on l’histoire ne se passe pas chez les bisounours hein.

    Les décors sont superbes, j’adore les grands espaces. C’était un peu pareil dans les 8 salopards, mais le froid et la neige joue aussi un rôle dans l’histoire.  Nous rappelant que la nature est un monde bien hostile et peut-être le pire ennemie de l’homme s’il a les chevilles trop enflammées.

    La musique est aussi très bien utilisée, assez discrète la majorité du temps, le thème principal apporte ce souffle dramatique et épique quand il le faut.

    Un très beau travail de la part d’Inarritu. Je ne sais pas si le film mérite ses Oscars (je n’ai pas vu tous les autres films en compétition), mais en tout cas, ça reste un film de grande qualité.

     

    Cinéma : The revenant

    Ps : j'ai aussi maté Crime et Pouvoir de Carl Franklin avec Ashley Judd, Morgan Freeman et Jim Caviezel, mais sans déconner c'était nul, donc pas de chronique.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique