• Synopsis : Dans les rues de Whitechapel, les enquêtes « post Jack l'Éventreur », de l’Inspecteur Reid, son sergent Drake et le médecin légiste américain Jackson. Une série sympa, mais avec des hauts et des bas.

    Ripper Street, saison 1

    Je dois dire qu’il m’a fallu deux fois pour débuter cette série. Pourquoi ? Parce que le 1er épisode est juste chiant. C’est assez surprenant vu le sujet, mais n’empêche que je l’ai trouvé ennuyeux. Pourtant, il y avait de quoi le rendre accrocheur, puisque la découverte d’un nouveau corps d'une prostituée égorgée relance la psychose Jack L'Éventreur. Mais la sauce met du temps à prendre.

    Une fois passée cette étape, j’ai trouvé les enquêtes plus intéressantes et plus dynamiques. Et puis je me suis vite attaché aux deux policiers : Reid et Drake. Ils sont plus subtils que le laisse penser le 1er épisode. Par contre, je n’aime pas du tout le personnage de Jackson, bien qu’il ait des capacités de déductions à la Sherlock en examinant les corps. Mais son coté trop cow-boy « je dérange la bonne société anglaise avec mes manières », le rends juste antipathique et stéréotypés. Tant qu’on est dans les personnages, on va parler du grand manque de cette série : les femmes. Alors oui il y a MADAME Reid, oui il y a Long Susan mère MACRELLE qui tient un joyeux bordel pour riches où travaille Rose, la PUTE au grand cœur (et heureuse d’être prostituée hein, bien sûr). Seule la directrice de l’orphelinat remonte le niveau, et encore, car elle va finir par être l’amante d’un personnage… Bref vous voyez les problèmes ? Femme de ou Pute, voilà ta place femme. Car disons le, elle ne participe en rien aux enquêtes, mais à l’histoire externe des personnages. C’est dommage, car disons le, la place de la femme dans la société victorienne est plus plus subtile que celle de la « Haute Bourgeoisie » qu’on nous présente à tout va : la bonne épouse, vertueuse nia nia nia VS la femme de caniveau qu’est la pute). Mais je ne m’étendrais pas sur le sujet ici.

    Les épisodes se regardent globalement avec plaisir, surtout si on aime l’ambiance victorienne, et Jack l'Éventreur dont le souvenir n’est jamais loin. J’ai aussi apprécié la présence de Francis Abberline dans certains épisodes.

    Une autre chose qui m’a plu et déplu, c’est le copié coller dans le générique et la musique des deux derniers films de Sherlock Holmes de Guy Richie. La série étant sortie un an après le 2e film, je soupçonne d’avoir repris ces codes pour mieux vendre la série. D’ailleurs dans ce 1er épisode qui ne m’a pas plus, Drake participe à un combat de boxe comme Sherlock, et la façon de filmer est assez proche.

     

    Donc globalement, cette série n’est pas vraiment originale, mais les enquêtes sont prenantes et les deux personnages principaux attachants. Je regarderai la saison 2, car malgré toutes mes mauvaises remarques, j’aime bien cette série. Elle reste sympathique, mais de marquera surement pas les esprits.


    votre commentaire
  • J’ai toujours aimé les histoires de pirates. Hors la loi, de grands bateaux, de lieux exotiques, la mer, des bagarres de tavernes et des duels à l’épée honteusement trahis par un coup de pistolet. C’est donc tout naturellement que j’ai regardé Crossbones (et je m’attaque à Black Sails).

     

    Serie TV : Crossbones

     

    Le premier épisode m’a laissée dubitative, et finalement le reste de la série a suivi le même chemin. D’abord, très bonne surprise de ce premier épisode, l’introduction de TROIS personnages féminins (oui ça fait beaucoup d’un coup pour une série) et AUCUNE n’est une prostituée ! Parce qu’il faut bien le dire, le stéréotype de la femme prostitué au milieu de pirates est la norme. Bien sûr, il y aura un prostitué plus tard, mais je ne l’ai pas trouvé si stéréotypée et le personnage était attachant.

    Sinon autre détail de personnage intéressant, il y a un homme en « semi-fauteuil roulant », semi car il peut marcher, mais avec beaucoup de difficulté et deux béquilles. Et aussi une lesbienne, dommage que ça soit forcement celle qui fait le plus « mec ». Une diversité de personnages hétéroclites et sympathiques.

     Mais après, c’est le script qui pèche sérieusement. Notre héros, Tom Lowe doit tuer Barbe Noir. Il l’empoisonne donc avant d’essayer de se tirer. Oui, mais, en cours de route, il voit dans la nuit noire un mec accoster et il devine que c’est X espagnol qui n’a rien à faire là, et décide donc de retourner donner l’antidote à BN.
    Vous voyez le premier hic ? Non parce que si à 500 mètres, de nuit, sans lumière vous arrivez à totalement identifier un mec…. Bravo.

    Et tout le reste un peu comme ça. Ce n’est pas vraiment crédible et on a une impression de bâclée et d’incohérence. Puis vient se mêler une pointe de fantastique qui ne permet pas plus à la sauce de prendre… dommage.

    On passe quand même un moment sympa en la regardant, surtout si on aime Malkovich qui cabotine bien comme il faut parfois.

     

    Serie TV : Crossbones

     

    Fiche allociné : Crossbones

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique