• Titre : Femmes pirates : les écumeuses des mers

    Autrice : Marie-Eve Sténuit

    Éditions : Du trésor

    Synopsis : « Barbe rousse, barbe noire et jambe de bois, oreille percée, gueule balafrée, telle est l'image populaire de la piraterie dans l'inconscient collectif. Un imaginaire nourri d'une exubérante iconographie, d'une impressionnante filmographie et d'une non moins abondante littérature en tout genre. Mais la piraterie présente également un autre visage. Un visage féminin qui n'en est pas plus tendre. Voici l'histoire de quelques-unes d'entre elles. »

    Loin des stéréotypes, le rôle des femmes en piraterie ne s'est pas toujours limité au «repos du guerrier», bien au contraire... Embarquez aux côtés des écumeuses des mers, ces femmes pirates éprises de liberté et prêtes à défier l'humanité tout entière, et découvrez les destins extraordinaires de ces filles de l'ombre, parfois travesties, souvent impitoyables et toujours aventureuses, qui surent s'imposer dans l'univers essentiellement masculin de la flibuste.

    Essai - Femmes pirates : les écumeuses des mers

    Mon avis :

    « Mais heu les femmes pirateuh ç existeut pas heu » combien de fois je l’ai entendu cette phrase ? Beaucoup trop à mon goût. Voilà un ouvrage qui remet les points sur les i. Oui des femmes pirates et corsaires, il y en a eu. Tout plein. 

    Globalement, on connait toutes et tous Anne Bonny et Mary Read, mais d’autres, ça coince un peu. Maintenant plus aucune excuse. Outre le fait de nous faire découvrir de nouvelles pirates/corsaires et leurs vies, on apprend aussi que bien souvent, des femmes (habillées en homme) s’embarquaient sans qu’on soit trop regardant puisqu’on avait besoin de bras. Et que, une fois découvertes, elles étaient débarquées sans qu’on prenne la peine de la signaler. Donc combien d’anonymes ont tenté l’aventure avant de se faire démasquer ou sans jamais se faire remarquer ? Surement beaucoup.

    Vraiment un ouvrage passionnant et qui enrichit à coup sûr notre culture sur les pirates de toutes les mers et de toutes les époques.

     


    votre commentaire
  • Titre : William Adams, samouraï, tome 1 Aux confins du monde

    Auteurs :Mathieu Mariolle, Nicola Genzianella, Fabien Alquier

    Éditions : Casterman

    Synopsis : Au XVIIe siècle, William Adams, un marin anglais, fait naufrage sur les côtes du Japon. Il découvre un pays au bord de la guerre civile, divisé par les luttes de pouvoir qui opposent le général Tokugawa aux quatre régents pour l'accession au titre de Shogun.
    Pris au piège dans cette contrée où tout lui est étranger, sa connaissance de la technologie maritime et des armes fait rapidement de lui l'instrument de ce conflit.
    Alors que les régents et les jésuites, hostiles à la présence d'un protestant dans le pays, réclament sa mort, le général Tokugawa lui sauve la vie.
    Le destin de ces deux hommes va alors se sceller de manière indissociable.

    BD - William Adams, samouraï

    Mon avis :

    Toute ressemblance avec Shogun de James Clavell n’est pas fortuite. En effet, ce dernier s’est inspiré de William Adams (personnage historique) et de son périple japonais pour son chef d’œuvre. Il n’est donc pas étonnant de retrouver des similitudes si on connait le livre de Clavell ou la série qui en découle. D’ailleurs, on notera que le Tokugawa de la BD ressemble au Toranaga de la mini série et donc à Toshiro Mifune.

    William Adams est un marin anglais qui s’échoue sur les côtes japonaises et que je retrouve au milieu d’un conflit dont il n’a que faire. Celui-ci ne souhaite que rentrer chez lui, mais Tokugawa, un seigneur de guerre, ne l’entend pas de cette oreille. Il met tout en œuvre pour qu’Adams se joigne à lui pour lui permettre de gagner la guerre civile que se prépare et devenir Shogun.

    Ce premier tome retrace l’arrivée et « l’acclimatation » d’Adams au Japon, ainsi que les manigances de Tokugawa pour s’adjoindre les services du marin anglais.

    Un récit simple et direct sur ce petit bout d’histoire du Japon, entre guerre civile locale et rivalité occidentale pour le commerce avec le Japon


    votre commentaire
  • Titre : Golden kamui, tome 1

    Auteur : Satoru Noda

    Éditions : Ki-oon

    Synopsis :Saichi Sugimoto est une véritable légende de la guerre russo-japonaise du début du 20ème siècle. Surnommé " l'Immortel ", il a survécu aux pires batailles menées dans la région la plus sauvage du Japon : Hokkaido. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou... C'est alors qu'il apprend l'existence d'un fabuleux trésor de 75 kilos accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Mais le trésor a été volé, puis caché, par un homme enfermé dans la pire prison de Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages, inscrits sur la peau-même de criminels évadés...
    Pour Sugimoto, la chasse au trésor est lancée ! Mais à lui seul, il a peu de chance de s'en sortir. A peine sa quête commence-t-elle qu'il manque de peu de se faire déchiqueter par un ours brun ! Il ne doit la vie qu'à l'intervention providentielle d'Ashiripa, jeune indigène liée aux tenants originels du butin. Ils décident de faire équipe pour affronter les nombreux dangers qui les guettent sur la route pour l'or des Aïnous...

    Manga - Golden Kamui, tome 1

    Mon avis :

    Une aventure qui risque de ne pas être de tout repos. Dans un environnement sauvage, le jeune Sugimoto se lance à la poursuite d’un trésor. Mais pas si simple sur cette île d’Hokkaido qu’il connait mal. Heureusement, il pourra compter sur Ashiripa, une jeune aïnou (peuple local) pour l’épauler et trouver les lascars ayant les morceaux de carte qui les mèneront au trésor.

     

    De toute évidence, le point fort de ce manga n’est pas son héros ni sa chasse au trésor, mais la culture aïnou qui inonde ce manga. Tout est fait pour nous faire découvrir cette culture « japonaise » du Nord qui n’a rien à voir avec le reste du Japon. Et la jeune Ashiripa est vraiment le meilleur personnage du manga. J’adore son pragmatisme et sa débrouillardise. Elle n’a pas froid aux yeux ! L’aventure de Sugimoto aurait tourné court sans elle. Rien que pour l’apport culturel sur le peuple aïnou, ce manga mérite d’être lu.

    J’attends de voir comment ces deux-là vont se dépêtrer du bourbier dans lequel cette chasse au trésor va les mener.

     

     


    votre commentaire
  • Titre : Isabella Bird, tome 5

    Auteur : Taiga Sassa

    Éditions : Ki oon

    Synopsis : En quittant Niigata, Isabella a entamé la deuxième partie de son périple vers l'île d'Ezo... Un chemin semé d'embûches, mais également riche en belles rencontres !
    À Yamagata, c'est un Japon déchiré entre occidentalisation galopante et respect des anciennes traditions que l'aventurière découvre avec des sentiments partagés... Déchiré, Ito l'est tout autant, lui qui a reçu une nouvelle lettre de Charles Maries : l'éminent chasseur de plantes passe à l'offensive et menace à présent de le traîner en justice !
    À mesure que les problèmes de santé de son employeuse s'aggravent, l'interprète doute de plus en plus. Et s'il était en train de la mener à sa perte ?

    Manga - Isabella Bird, tome 5

     

    Mon avis :

    Dans ce 5e tome, on découvre ce qui a poussé la jeune Isabella à prendre la route « malgré » son mal de dos. On y voit deux époques/mondes s’affronter dans ce tome : vieille médecine/médecine moderne, femmes « à la maison »/aventurières, monde occidental/monde hawaïen. Plusieurs rencontres importantes aussi pour la jeune Isabella qui conforteront son choix de voyager.

    Son voyage au Japon, lui, pourrait bien tourner court puisque Ito, sous la menace de son ancien employeur, décide de quitter Isabella.

    On découvre dans ce tome quelques éléments de médecins japonaises, et comme toujours, le mode de vie des gens à cette époque.

    J’ai hâte de voir si le périple d’Isabella va se poursuivre ou non.

     


    votre commentaire
  • Titre : Mojunsha, tome 1 Panthère-des-ténèbres

    Autrice : Sara Pintado

    Éditions : Noir d’Absinthe

    Synopsis :

    Plus de huit cents ans après la chute des Rois-Panthères, les Kunji constituent la caste la plus méprisée du Royaume Mojun. Leurs tentatives pour renverser la dynastie des Mojunsha se sont toutes soldées par des échecs. Japsaro, descendant des Rois-Panthères, passe un pacte terrible avec Panthère-des-ténèbres, l’un des Avatars du Grand Dieu, afin de rendre aux Kunji leur prestige d’antan. Est-il cependant prêt à tous les sacrifices que lui demande Panthère-des-ténèbres en échange de son soutien ? Et surtout, sert-il vraiment sa cause ou n’est-il qu’un pion dans les luttes des Avatars du Grand Dieu ?

    Roman - Mojunsha, tome 1

    Mon avis :

    Un premier tome vraiment prenant dans une ambiance exotique.

    Ce roman se lit comme du petit lait. Malgré l’exercice difficile d’un texte à la première personne. L’autre nous plonge dans un univers fantasy indienne. Ce qui vraiment change des mondes fantasy occidentaux.  

    Les personnages sont riches et intéressants même si j’aurais deux critiques à faire sur deux personnes. Tout d’abord Aysso. Au début, elle soigne les démunies et semble avoir une vocation « professionnelle ». Vocation ou volonté qui disparaissent totalement dès qu’elle épouse Shantaro… et ne veut plus que devenir mère. Ce qui m’a gêné, car sa personnalité disparait totalement. Ensuite il s’agit de la princesse d’Angor, vraiment trop cliché et « limite grossophobe » sur les bords, ce qui fait qu’on ne peut QUE la détester alors qu’on aurait pu avoir une princesse réelle concurrente pour l’amour du prince. Dommage.

    Sinon j’ai apprécié la sensibilité des personnages, surtout des masculins qui n’hésitent pas à pleurer. Chose pas si courante.

    On y retrouve tous les ingrédients d’une belle saga : magie, intrigue, amours et trahison.

    J’attends le tome 2 avec impatience.

     

     


    votre commentaire
  • Titre : Erika et les princes en détresse, tome 1

    Autrice : Yatuu

    Éditions : auto éditions

    Synopsis : C'est un monde d'heroic fantasy dominé par les femmes. Ce sont elles le sexe fort et qui détiennent tous les pouvoirs !
    Erika, notre princesse, compte bien succéder à sa mère et prendre le pouvoir seule sauf que... Elle ne veut pas se marier ! Et donc, pour échapper à cette tradition on lui confie une mission : celle de sauver des princes en détresse ! Cette quête tombe à pic pour la reine qui va pouvoir s'en servir à son avantage.

    BD - Erika et les princes en détresse

    Mon avis :

    Une BD vraiment sympa et faite avec intelligence. Yatuu retourne tous les clichés masculins/féminins en fantasy dans cette BD. Et ça marche très bien.  Puisque la qualité de la BD repose sur ces personnages dans leurs ensembles qui sont vraiment attachants.  L’autrice évite aussi le manichéisme en rendant les méchants plus subtils que «prévu ». Elle a choisi le thème de la cuisine et surtout de la pâtisserie dans ce premier volume, et on y prend très vite gout ! Et attention à l’addiction au sucre !

    Je ne peux que vous inviter à découvrir cette BD vraiment très agréable à lire et pleine d’humour et de rebondissements.

     

     


    votre commentaire
  • Titre : L'assassin qu'elle mérite : les amants effroyables

    Auteurs : Wilfried Lupano, Yannick Corboz, Sebastien Bouet

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis : Paris - 1900 - Victor a finalement sauvé Léna, celle qu'il avait prévu d'assassiner pour se venger d'Alec ! Dès lors, comment parvenir à faire payer son ancien mentor ? La réponse se trouve peut-être dans la lettre de revendication qu'il a subtilisée à ses nouvelles fréquentations. Un couple de révolutionnaires qui compte faire exploser le prestigieux palais de l'électricité, alors même que le débat sur la modernité frappe le Paris de l'Exposition Universelle...

    BD - L'assassin qu'elle mérite, tome 4

    Mon avis :

    Déçue par ce dernier tome. J’ai envie de dire tout ça pour ça… Juste une histoire d’amour « contrariée ». Là où je m’attendais à une fin qui visait à ben touché la société, on se retrouve avec un Alec juste amoureux transit qui retrouve son amoureuse dans des conditions terribles, mais qui finis en happy ending « selon eux ». Bref, je m’attendais à autre chose puisqu’au final, même l’attaque anarchiste tombe à l’eau.

    Dommage.

     

     


    votre commentaire