• Titre : Communardes !  Nous ne dirons rien de leurs femelles

    Auteurs : Wilfrid Lupano, Xavier Fourquemin et Anouk Bell

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis :Marie n'est pas une intellectuelle, ni une aristocrate, encore moins une militante. La Commune, elle aurait pu ne pas la vivre, et continuer à accumuler de la rancoeur et de l'amertume dans sa vie de servante, d'ouvrière à la journée. Seulement, la Commune est là et, avec elle, une occasion en or de régler les comptes, de laisser sortir enfin cette froide colère qui lui tord le ventre, de redresser la tête, de faire payer ceux qui ont fait de sa meilleure amie Eugénie : un fantôme dont le rire dément résonne dans une crypte de damnées. La Commune promet que les lâches et les oppresseurs d'hier vont payer. Ça tombe bien, Marie en connaît quelques-uns. Et elle est prête à se salir les mains...

    BD - Communardes !  Nous ne dirons rien de leurs femelles

    Mon avis :

    Troisièmes et derniers volumes de Communardes ! Après la gamine des rues, l’aristocrate voila la bonne. Dans ce volume, c’est surtout l’histoire d’une sororité brisée. Marie est la bonne, mais aussi l’amie de sa jeune maîtresse Eugénie. Malheureusement, il ne fait pas bon être une jeune fille en fleur auprès d’une bourgeoisie coincée et réactionnaire. Lorsqu’Eugénie tombe enceinte hors mariage, engrossé par un simple petit bibliothécaire, son père la colle au couvent pour s’éviter le déshonneur, et Marie est renvoyée. Le destin va la pousser dans la commune, tout d’abord simple aide de camp pour nourrir les soldats (faut bien gagner sa croute), elle va en faire une quête personnelle lorsqu’elle retrouvera Eugénie rongée par la folie au fin fond d’un cachot du couvent. Elle a des comptes à régler avec cette bourgeoisie crasse qui condamne les femmes libres. Elle se battra vaillamment auprès de l’aristocrate fantôme avant d’être arrêtée. Mutique après la défaite, elle est expédiée avec beaucoup d’autres, dont Louise Michel, en Nouvelle-Calédonie.

    J’ai trouvé ce tome beaucoup plus politique et engagé, d’autant qu’on retrouve des morceaux de discours tenu contre les femmes impliquées dans la commune, pour faire simple elles étaient faibles d’esprit et manipulées. Ça en dit long sur la vision de la femme à cette époque. Ce troisième destin est celui qui m’a touché le plus, même si c’est celui avec le dessin que j’aime le moins.


    votre commentaire
  • Titre : Communardes ! L'aristocrate fantôme

    Auteurs : Wilfrid Lupano et Anthony Jean

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis : Belle et rebelle...1871. Élisabeth Dmitrieff, une belle jeune femme russe de tout juste vingt ans arrivée à Paris depuis une semaine à peine, devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d’Europe : l’Union des femmes pour la défense de Paris et l’aide aux blessés. Véritable Passionaria socialiste et va-t-en-guerre, elle est envoyée par Karl Marx lui-même ! Sa beauté et sa verve, qui la distinguent des autres insurgées, d’origines plus populaires, suscitent l’intérêt des "hommes" jusqu’ici peu sensibles aux revendications des communardes. Ainsi, paradoxalement, l’une des premières grandes figures du combat pour le droit des femmes en France était... une aristocrate russe.

    BD - Communardes ! L'aristocrate fantôme

    Mon avis :

    Après la petite gamine livrée à elle-même pendant la commune, voilà l’aristocrate étrangère. Et elle gère ! Son bagout et sa beauté lui sont très précieuses pour motiver les troupes et mener à bien la propagande pour les droits de femmes pendant la commune. Seulement, elle reste, au début, une activiste de salon. La dure réalité va la frapper plusieurs fois, mais elle ne se laissera pas abattre. Son radicalisme déplait, surtout aux hommes. Elle luttera sur les barricades avant de disparaitre et retourner en Russie.

    Personnage historique, Elizabeth Dmitrieff est une figure qui m’était inconnue de la commune. Il faut dire qu’à part Louise Michel, je ne connaissais aucune communarde. Femme intelligente, libre et combattante, elle est vraiment un personnage passionnant. 

    L’autre point fort de ce tome c’est le dessin d’Anthony Jean. Je suis fan !

    À découvrir de toute urgence

    BD - Communardes ! L'aristocrate fantôme


    votre commentaire
  • Titre : Communardes ! Les éléphants rouges

    Auteur et autrice : Wilfrid Lupano et Lucy Mazel

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis : "On m’appellera la dame aux éléphants !" Hiver 1870. Prélude de la Commune. Alors que Paris, assiégée par l’armée prussienne, subit le froid et la famine, Victorine, onze ans, passe le plus clair de son temps à s’occuper de Castor et Pollux, les deux éléphants du Jardin des plantes. Cette passion pour les pachydermes a le don d’énerver sa mère, engagée dans le mouvement des femmes qui veulent s’impliquer dans la défense de la ville. Mais Victorine est bourrée d’imagination, et elle veut être à la hauteur des ambitions de sa mère. Nourrie par les exploits des célèbres éléphants d’Hannibal, elle élabore un plan pour libérer Paris. Un plan génial, démesuré, contre lequel Bismarck ne peut rien. Un plan de petite fille livrée à elle-même dans un monde d’adultes...

    BD - Communardes ! Les éléphants rouges

    Mon avis :

    Vraiment une super BD ! Un des tomes de la trilogie Communardes ! Les trois BDS peuvent de lire dans n’importe quel ordre et indépendamment. Dans ce tome on suit la petite Victorine et sa mère qui essaient de survivre à la faim, au froid tout en luttant pour la commune. Dure que d’être une femme à cette époque. Se battant pour gagner un peu d’argent pour acheter de quoi manger et se loger. Et pas si simple d’être une femme pauvre dans la commune, entre le mépris et la violence masculine, la bassesse des riches qui se goinfrent et d’une partie des femmes qui s’opposent à l’implication des autres dans la révolte. La jeune fille passe une bonne partie de son temps au jardin des plantes auprès des deux éléphants, ce qui lui apporte un peu de rêve. Et un rêve, elle en a un grand : libérer les éléphants pour aller botter les fesses de Bismarck. Avec une bande de gamins livrés à eux-mêmes, elle monte un plan et s’apprête à le mettre en œuvre…

    Une très belle histoire, et comme le dit le résumé comment survivre en étant une enfant dans ce monde d’adulte fou… J’ai adoré la petite Victorine et sa maman, très militante et qui lutte aussi bien pour survivre que pour leurs droits. Une chouette BD qu’il faut absolument découvrir !

    BD - Communardes ! Les éléphants rouges


    votre commentaire
  • Titre : Dictionnaire de la fantasy

    Autreurs·trices : collectif sous la direction d'Anne Besson

    Éditions : Vendémiaire

    Synopsis :De la magie, des chevaliers, des elfes, des mondes disparus, des dragons, des barbares, des nains, des fées, des orques…
    Du Seigneur des Anneaux à Harry Potter, la fantasy semble avoir conquis toutes les formes artistiques et ludiques : bande dessinée, illustration, cinéma, séries avec Game of Thrones, littérature, jeux vidéo avec World of Warcraft, jeux de rôle avec Donjons & Dragons…
    En plus d’une centaine d’entrées, ce dictionnaire dévoile, pour la première fois, tous les secrets de ce genre majeur de l’imaginaire, en explorant les déclinaisons voisines (fantastique, gothique, science-fiction, steampunk…), les grands questionnements, tous très actuels (impératif écologique, rapport à la violence et à l’ordre, visions du passé collectif…), et les principaux auteurs (Robert Howard, J.R.R. Tolkien, Lord Dunsany, T.H. White, Terry Pratchett ou George R.R. Martin).

    Dico - Dictionnaire de la fantasy

    Mon avis :

    Un dictionnaire vraiment sympa. Soyons honnêtes, je ne l’ai pas lu dans son intégralité, c’est un dictionnaire quand même ! J’ai lu de nombreux articles de façon aléatoire. Les entrées sont assez complètes et la parole est donnée à de nombreuses personnes faisant vivre le monde de la fantasy en France. Pour les néophytes en fantasy, c’est une parfaite aide pour comprendre ce que c’est, ses origines et ses sources d’inspirations. On y retrouve aussi les « grandes figures » de ce genre : les armes, les animaux, les auteurs et autrices, les créatures, etc. Pour les initiés, il pourra être une source d’information pour compléter sa culture générale.

     


    votre commentaire
  • Titre : Les quatre de Baker Street, tome 6 : l'homme du Yard

    Auteurs  : Djian, Etienne et Legrand

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis : 1893. Dissimulé dans l’East End londonien, Sherlock Holmes poursuit sa guerre secrète contre les anciens associés de Moriarty : le redoutable Colonel Moran et le superintendant Blackstone de Scotland Yard... Bien décidé à débusquer Holmes avant qu’il ne refasse surface, l’Homme du Yard va tout mettre en œuvre pour remonter sa piste – une piste qui est aussi celle de nos héros, indispensables auxiliaires de l’insaisissable détective. Traqués par la police, Billy, Charlie et Black Tom doivent prendre la tangente. Semée d’embûches et de dangers, leur cavale débouchera sur un terrible drame. Pour les Quatre de Baker Street, rien ne sera plus jamais comme avant...

    BD - Les quatre de Baker Street : l'homme du yard

    Mon avis :

    Sherlock déplace ses pions et en se faisant, met les enfants en danger Billy, Charly et Black Tom vont donc se réfugier chez le quartier irlandais où les flics ne se rendent pas. Blackstone cherche à s’en prendre aux francs-tireurs pour retrouver Holmes que lui et Moran savent à présent en vie. Tom retrouve sa cousine chérie, mais la jalousie va pousser un rival à dénoncer les enfants aux flics. Le fiasco de la tentative de capture des enfants par Blackstone coute la vie à Kitty et force Moran à se découvrir un peu. Le jeu n’est pas terminé…

    Un tome qui se lit bien, mais auquel il manquait un petit quelque chose, il prépare surement le terrain pour le tome 7 et la confrontation avec Moran.


    votre commentaire
  • Titre : Bride stories, tome 7

    Autrice : Kaoru Mori

    Éditions : Ki-oon seinen

    Synopsis : Bien décidés à mettre la main sur de nouveaux pâturages, les Hargal s’allient aux Berdan, des parents éloignés, pour raser le village des Eyhon et récupérer les terres nécessaires à leur survie. Grâce à l’artillerie fournie par les Russes, ainsi qu’à l’effet de surprise, ils espèrent une victoire facile... Mais rien ne se passe comme prévu : trahi par ses récents alliés, le père d’Amir est tué juste après la débâcle ! Pendant ce temps, Smith, qui ignore tout de ces événements dramatiques, continue son périple sur les routes de Perse...

    Manga - Bride stories, tome 7

    Mon avis :

    Loin des vicissitudes de la famille Hargal, Smith continu son périple qui l’amène en Perse. C’est là que l’on découvre une superbe histoire de sororité. On y découvre la pratique des sœurs conjointes, genre de mariage sororal où deux femmes se jurent amitié éternelles. Anis, petite maigrelette solitaire, rencontre Shirin, jeune femme discrète et très sensuelle. Entre les deux, une amitié puissante se noue. Et grâce à la bienveillance du mari d’Anis (un homme vraiment bien), l’histoire est vraiment magnifique.

    Comme toujours le dessin est magnifique et plein de tendresse dans cette histoire où les femmes sont, pour une fois, plus des sœurs que des épouses. Un pur délice !

     


    votre commentaire
  • Titre : Dark Vador, tome 4, la cible

    Auteurs : collectif

    Éditions : Delcourt

    Synopsis : Dark Vador, plus impitoyable que jamais, cherche à redorer son blason auprès de l’Empereur. Il n’est pas parvenu à localiser la base des Rebelles, ni à empêcher la destruction de l'Etoile noire. Il fait pression sur son habituel réseau d’informateurs, mais sans succès. Par ailleurs, il doit faire face aux conséquences de ses actions passées, lorsqu'un groupe de survivants de la planète Falleen tente de l’assassiner

    Comics - Dark Vador, la cible

     

    Mon avis :

    Quatre historiettes sur Vador et sa recherche du jeune rebelle qui a fait sauter l’étoile noire. Globalement, j’ai trouvé que ces histoires servaient plus de remplissage du temps, sans grand intérêt. La troisième histoire a une pointe d’intérêt (et le dessin de Brian Ching) avec un joli petit retournement à la fin. Sinon celle avec les raptors, ca m’a fait penser à une fanfiction avec des vélociraptors parce que c’est sympa à dessiner.

    Petite notre joyeux sur les double dernières pages avec une historiette comique juste après l’explosion de l’étoile noire.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique