• Livre - La bête d'alaska

    Titre : La bête d'alaska

    Auteur : Lincoln Child

    Éditeurs : Ombres noires

    Synopsis :La réserve naturelle fédérale d'Alaska est une terre particulièrement dangereuse et inhospitalière. Pour le paléoécologiste Evan Marshall, l'expédition qu'il dirige pour étudier les effets du réchauffement climatique est majeure pour la science. Installés dans une ancienne base militaire sur le Mont de la Peur, son équipe fait une étonnante découverte : un gigantesque animal préhistorique conservé dans la lave et la glace.

    Malgré la défiance des Inuits qui craignent depuis toujours les esprits de la montagne et en dépit des réserves de Marshall, les sponsors de l'expédition décident de sortir la bête de sa sépulture devant les caméras de télévision. Mais la créature a disparu...

     

    Livre - La bête d'alaska

     

    Mon avis :

    Merci à Babelio et Ombres Noires pour ce masse critique.

    J’ai été assez déçu de ce livre. Si le synopsis est accrocheur, le roman l’est moins. Globalement, le livre se lit bien, vite et sans accrocs. Les chapitres courts donnent une fluidité à la lecture malgré qu’elle soit monotone.

    Car oui, j’ai trouvé le livre très « calibré ». On baigne dans une ambiance scientifique où une petite touche vient pour (peut-être) nous mettre le doute sur un élément (potentiellement) fantastique. Sauf que ça ne marche pas. J’ai trouvé que c’était tellement du déjà vu : des blancs mis en garde par un shaman, des rêves prémonitoires comme un cheveu sur la soupe… Ce qui rend l’intrigue peu intéressante (et d’ailleurs le côté mystique n’apporte rien). De plus, les personnages sont tellement clichés qu’on devine vite qui va mourir ou non. S’il y a un petit effort pour mettre des personnages féminins (4 dont 1 qu’on évoque à peine) et bien elles sont tellement inutiles ou on sait qu’elles sont là pour crever… Bref je n’ai pas réussi à m’attacher à aucun d’entre eux et est restée de marbre devant la mort de certains. Aucun vrai suspense puisque le roman est tellement calibré qu’on sait comment ça va finir…

    Pourtant l’idée de base est bonne, l’ambiance propice et surtout il abordait un thème très intéressant à mes yeux : le financement de la recherche par des groupes audiovisuels du divertissement. « On finance vos recherches, mais on veut un documentaire à sensation en retour ». Certes ceci n’est pas encore très présent en France, mais dans le système américain ou anglais, la culture du documentaire « scientifique » sur fond de divertissement est plus présente.

    Dommage.

     

    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :