• Roman - Les maîtres de la lumière

    Titre : Les maitre de la lumière

    Autrice : Claire Garand

    Editions : Rroyzz

    Synopsis : A Paris, dans les sous-sols d’une société clandestine, des unités d’élite traquent sans relâche un fléau qui menace insidieusement l’Humanité.
    Venues du fond des temps et émanant d’une source inconnue, des créatures de pure énergie, les Vourdalaks, vampirisent les Humains en s’emparant de leur enveloppe charnelle.
    Depuis que son fils a subi cette étreinte mortelle, Gal leur voue une haine farouche. Au sein de la Société, elle s’entraîne durement au maniement de la seule arme capable de détruire les Vourdalaks : un disque de métal apprivoisant l’énergie de la lumière et capable, selon son usage, de détruire ou au contraire, de régénérer la matière vivante ouvrant ainsi la voie à la conquête de la vie éternelle...
    La maîtrise de cette science millénaire sur laquelle veille jalousement la Doyenne donne lieu, au sein même de la Société, à d’incroyables expérimentations, suscitant haines, ambitions et trahisons, autant d’obstacles que la Chasseresse devra franchir
    afin d’assouvir sa vengeance...

    Roman - Les maîtres de la lumière

     

    Mon avis :

    Tout d’abord je tiens à remercier Claire Garand qui m’a proposée son livre en SP et je m’excuse aussi d’avoir été aussi longue à le lire.

    J’ai mis beaucoup de temps à le lire, mais cela en valait la peine car j’ai passé un agréable moment. J’ai beaucoup aimé le personnage de Gal, qui est forte et sensible à la fois. Elle lutte contre ses propres démons (au sens propre comme figuré) mais aussi pour le bien de l’humanité.  Une chose agréable, c’est qu’il n’y a pas de complexe de la schroumphette dan ce livre. De nombreux personnages féminins habitent le livre à tous les niveaux. Et c’est fort agréable. Les personnages masculins sont aussi riches en diversité, on s’attache à certains et moins à d’autres.  J’avoue avoir eu un petit faible pour Alfred.

    L’histoire est vraiment intéressante et pleine de rebondissement. J’ai apprécié de voir que les personnages « principaux » ne sont pas forcément en sécurité face à la mort (j’en dis pas plus pour par spoiler sur ce point). L’univers construit par l’autrice est intéressant et assez frais en fantastique. L’utilisation de la lumière est sympa et originale. Et il est assez rare d’avoir de l’inspiration mésopotamienne dans le fantastique.

    Si j’avais un petit regret, c’est que j’ai eu un peu mal à « visualiser" tout ce qui touche à la lumière et à l’utilisation des miroirs. Et je rebondis en disant que j’aimerai beaucoup voir une adaptation graphique de ce roman qui rendrait de toute évidence très bien. Les Vourdalaks sortent de vampires et occupateur de corps, offrent beaucoup de possibilité sur leur utilisation et rien ne dit que certains soient passer entre les lignes du roman.

    La petite partie dans le passé avec la petite fille reste encore assez abstraite et de nombreux mystères restent en suspens.  Pour conclure et sans spoiler la fin je repense à une phrase d’Indiana Jones « je suis comme la poisse, je reviens lorsqu’on ne s’y attend pas ». 

    Un livre qui nous emmène dans un univers riche et fantastique que j’invite à découvrir.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :