• Roman - Le choix de la gargouille

    Titre : le choix de la gargouille

    Auteur : Dana B. Chalys

    Editeur : Valentina

     

    Synopsis :
    Il semble que beaucoup d’histoires commencent par un rêve.
    Dans les anciennes croyances, les dieux parlaient aux Hommes grâce au sommeil et à l’inconscient.
    J’ai fait un rêve aussi. Le mien était beau et apaisant ce qui, certainement, augmenta le sentiment de tristesse qui s’empara de moi à mon réveil. Car en ouvrant les yeux, je plongeai dans le pire de mes cauchemars. J’ai appris le goût cuivré du sang, celui salé des larmes, celui amer de la solitude et celui brûlant de l’amour.
    Le Seigneur a fait de moi sa servante, un instrument de mort qui pourra, peut-être, effacer son plus grand regret. Mais dans cette guerre entre Ciel, Terre et Enfers, qu’adviendra-t-il de toutes ces vies lorsque Dieu ne sera plus le seul à décider ?

    Roman - Le choix de la gargouille

    Merci à Dana pour sa dédicace et pardon coupine de pas te faire une meilleur presse :s mais j’ai un avis mitigé sur ce livre. Globalement l’histoire est cool, on se laisse prendre à l’intrigue, mais il y a trop de détails qui entachent la lecture et qui empêche de prendre pleinement plaisir à la lecture.

    L’histoire est vraiment sympa et j’avoue que de prendre une gargouille comme centre de l’intrigue est bien car ce n’est pas courant.  Dana B Chalys maitrise bien la mythologie chrétienne (oui oui j’ai bien dit mythologie) dans cette aventure. Elle maitrise le sujet.

    J’ai trouvé le début un peu laborieux, mais le style et l’histoire s’améliore par la suite.

    Les personnages féminins sont vraiment sympa. J’adore Dakota et Casey : elles ont de la répartie, sont rentre-dedans. Elles ne se laissent pas faire. Après j’ai trouvé Nick un peu surfait et je n’ai pas réussi à m’y attacher.

    Oui, mais… le livre manque de « background » et pas mal de détails manques ou arrivent trop tard. Par exemple, on ne peut s’empêcher de penser que Dakota, c’est super américain comme nom et que franchement l’auteure aurait pu prendre un nom français, car ça fait un peu genre j’ai mis un nom anglais pour faire classe… Sauf que Dakota est BIEN américaine… mais on ne l’apprend que page 235 sur 332…. On peut me reprocher de faire ma chieuse, mais bon. Ou alors le fait que deux jeunes de 17 ans partent un mois à Paris… sans donner la moindre nouvelle à leurs parents. Je sais pas vous, mais même vois qui suis bien plus vieille, si je pars 1 semaine, j’informe au moins que je suis bien arrivée à destination (et ma mère fait pareil quand elle voyage). Globalement, le fait que les 2 héroïnes aient 17 ans n’est pas crédible, car leurs comportements sont trop matures.

    Pour résumer, une intrigue sympa, des personnages vraiment cool, mais trop de petits détails qui nuisent à une vraie immersion.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :