• Roman - Drood

    Titre : Drood

    Auteur : Dan Simmons

    Éditions : Pocket

    Synopsis : 9 juin 1865. Charles Dickens, alors au faîte de sa gloire, regagne secrètement Londres en train, accompagné de sa maîtresse. Soudain, à Staplehurst, sur un pont, l'express déraille. Seul le wagon où a pris place "l'écrivain le plus célèbre du monde" échappe par miracle à la catastrophe. Au fond du gouffre, alors que Dickens tente de porter secours aux survivants, sa route croise celle d'un personnage à l'allure spectrale qui va désormais l'obséder : Drood.
    De retour à Londres, Dickens confie le secret de son étrange rencontre à Wilkie Collins, écrivain lui aussi. Quels liens unissent désormais l'inquiétant Drood et l'Inimitable, comme le surnomme avec admiration et ironie Collins ? C'est ce que ce dernier cherche à découvrir en se lançant à la poursuite de Dickens. Mais peut-on raisonnablement accorder crédit au récit de Collins, opiomane en proie à la paranoïa et aux hallucinations ?

    Roman - Drood

     

    Mon avis :

    Un bon gros roman de 1200 pages qui se lit très facilement. Quand on s’attaque à ce genre de pavé, on se demande vite : et si je trouve ça chiant ou que je m’ennuie… Et là, pas du tout ! Bien qu’écrit du point de vue du narrateur Wilkie Collins, s’adressant à « nous, lecteur du futur », on ne s’ennuie pas une seconde. Cela m’a d’ailleurs étonnée que tout semble si fluide et qu’au bout de 600 pages on se dise « ha j’en ai déjà lu la moitié ! » alors que le récit semble avoir commencé 2 pages avant !

    Si on comprend vite que la réalité va se mêler aux hallucinations du laudanum et/ou à l’opium sans parler du mesmérisme qui plane. J’avoue être resté un peu sur ma faim quand même puisque je trouve que le suspense de la fin tombe un peu à plat et les révélations n’ont pas vraiment l’impact que j’aurai espéré. Mais ça fait peut être partie de l’intrigue que de laisser dans le doute.

    Le livre est très bien renseigné (et la liste des notes et des références ne fait que le confirmer). On plonge dans l’univers londonien de Dickens et Collins avec plaisir. Le personnage de Collins évolue tout au long du récit et sa langue se délie aussi au fur et à mesure. Renforçant le doute sur toute l’histoire.

    Un résumé un bon livre qui occupe pendant de belles longues heures.

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :