• Les pesticides

    Je vais inaugurer la rubrique politique en parlant des pesticides. Car oui, les pesticides, c’est politique. Et ne fuyez pas, je ne ferai pas passer sur ce blog des idées d’un parti ou d’un autre. Ça sera majoritairement des réflexions personnelles basées sur des articles de la « vie de tous les jours ».


    Je ne vais pas vous faire tout un topo dessus, ça sera trop long. Mais j’ai eu envie de publier ce message suite à cet article du monde : lien.
    Si vous avez la flemme d’aller le lire, résumé rapide : nos rivières et nappes phréatiques sont polluées, à des concentrations 200 fois la norme de l’eau potable, on retrouve 36 pesticides interdits depuis 2008.
    Donc comme on peut le voir, ce n’est pas réjouissant. On sait déjà que les pesticides sont dangereux pour la santé (conseil lecture : le printemps silencieux de Rachel Carson). Dans ce livre, elle démontre comment les industries ont augmenté petits à petits la toxicité de leurs produits en disant que c’était sans danger. Donc moins, mais plus toxique ?

    Et pourtant, on continue à les autoriser. Certes, plus rigoureusement, avec plus de réglementation… Mais on les utilise toujours. Et il est facile d’en obtenir pour traiter son propre jardin.

    Et parfois, contre tout « bon sens ». La preuve, c’est que l’épandage aérien à 50 mètres des maisons est autorisé (voir la campagne d’agir pour l’environnement contre cette pratique).

    Jusque-là j’ai parlé plus pour la santé humaine, quid de la biodiversité ? Et bien clairement, les pesticides sont faits pour la faire disparaitre. Puisque c’est fait pour tuer des herbes, des champignons et des animaux que nous jugeons nuisibles. Les abeilles en sont d’ailleurs les premières victimes. Et votre miel est un concentré de pesticides… Appétissant non ?

    Je ne jette pas la pierre aux agriculteurs. Je ne vais pas aller leur dire que ce sont des inconscients qui polluent nos rivières et le reste de la nature. Car en France, on l’a encore vu, les agriculteurs souffrent. Mais pas à cause des pesticides, mais du système qui leur imposent de produire toujours plus, plus plus, et pour des prix minuscules. Peut-on vraiment leur en vouloir de faire en sorte que leurs récoltes ne soient pas détruites pas un ravageur ? Pas de récolte, pas de salaire (pour le peu qu’ils ont). Et les pesticides sont un moyen d’y arriver.

    Il faut bien distinguer 2 problèmes :

    — celui des particuliers et des collectivités : doit-on mettre du produit anti mauvaises herbes chez soit ou dans les lieux publics ? (taper herbicides jardin, et bon shopping !). La je crois qu’une interdiction pure et simple et totalement faisable. Tous citoyens peuvent déjà arrêter d’en acheter pour chez lui, des solutions alternatives existent. Et faire pression sur son.sa maire, son conseiller.ère général.es etc.… Pour que ces produits ne soient plus utilisés.

    — celui de l’agriculture. La disparition des pesticides ne se fera pas sans une transition de l’agriculture vers une mode de culture plus durable, écologique et biologique. Il faut que les agriculteurs soient reconnus et pas subventionnés de façons paternalistes. Là, c’est plus difficile pour le simple citoyen. Mais des associations existent et luttent, vous pouvez leur apporter votre soutien. Et lors des élections quel quelles soient, assurez vous que ce sujet est traité par votre candidat, et interpellez le si ce n’est pas le cas.

    Je n’ai pas de solution miracle. Je ne prétends pas vous apporter le bon moyen de le faire. Ni de changer notre point de vue, peut-être pensez-vous que les pesticides c’est bien. Je donne juste mon point de vue, qui vaut ce qui vaut. J’espère juste que ce post vous fera réfléchir un peu.

    Quelques articles à lire :

    Pesticides, les preuves du danger s'accumulent

    Comment le lobby des pesticides se bat pour les néonicotinoides.

    Pétition : avant la fin des abeilles

    Glyphosate : empoisonnement public de masse

     

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :