• Les auteurs de SFFFH ont du talent

    Aujourd'hui, je participe à l'opération "Les auteurs de SFFFH ont du talent" organisé par l'invasion des Grenouilles.

    Je vais donc vous présenter un extrait de ma nouvelle "Mary Wollstonecraft". Et comme l'opération dure tout le mois de novembre, je vous présenterai surement d'autres extraits de mes œuvres non publiées.

    Les auteurs de SFFFH ont du talent



    Synopsis :

    Suite à un défi lancé par Lord Byron, la jeune Mary Godwin a toutes les peines du monde à trouver l’inspiration. C’est alors qu’elle trouve dans les affaires de sa défunte mère, un curieux carnet… Entre vérités et mensonges, entre la vie et la mort, cette lecture va changer le cours de l’histoire…

     

    Extrait :

    Mary interrompt sa lecture. Des larmes coulent le long de ses joues. Elle vient de lire le récit de sa naissance et du décès de sa mère. Elle est bouleversée et retient un sanglot. Son père lui avait juste dit que celle-ci était morte en couche, chose, hélas, courante. Peut-être lui avait-il révélé trop tôt, mais la petite Mary s’était toujours sentie responsable. Et voilà qu’elle découvre exactement ce qu’il s’est passé, de la main d’un médecin visiblement très proche d’elle.

    La jeune femme saisit un mouchoir dans un pli de sa robe et essuie ses pommettes humides et rosies. Elle veut reprendre la lecture, mais elle entend Percy crier joyeusement son prénom depuis le jardin. John Polidori les avait rejoints pendant la promenade et le petit groupe désire à présent prendre le thé. Mary écoute encore un moment son compagnon lui déclamer un poème à la fenêtre, tel Roméo à Juliette.

    Un instant, elle pense à demander au Dr Polidori s’il connaît un confrère portant les initiales du livre. Mais une telle question attirerait l’attention de Percy, et le jeune médecin ne manquerait pas d’en parler à Byron. Ce dernier ne pourrait s’empêcher de fourrer son nez dans ce qui le ne regarde pas ; ce que Mary ne souhaite absolument pas.

     

    *

    Le 5 septembre 1797

    Je me dis que c’est peut-être une chance que tu n’aies pas accouchée chez toi. Je n’aime pas Godwin, il est trop anarchiste à mon goût, mais il a eu la clairvoyance de t’amener ici. Tu as survécu à cette nuit, ma belle Mary. C’est bon signe, mais ta fièvre n’a pas baissé.

     Te souviens-tu que tu as pris ta petite fille dans tes bras un instant ? C’est une enfant très vive et agitée. Je suis sûr qu’elle sera plus aventurière que toi ! La joie semble avoir quitté Fanny, elle pleure beaucoup pour que son beau-père lui prête aussi un peu d’attention. J’ai peur qu’elle devienne envieuse de sa petite sœur. Mais j’ai de la peine pour elle : abandonnée par son père et éclipsée par Mary. La jalousie dans une famille, ça rend fou et pousse à des actes excessifs. J’y ai réfléchi toute la nuit et aujourd’hui en te veillant. Il faudra faire attention à elle si tu te remets….

    Oh Mary ! Je ne veux pas que tu périsses ! Tu ne DOIS pas mourir ! Tu as deux adorables filles à élever. Que j’aimerais également te donner de si magnifiques enfants ! Tu dois vivre pour elles ! Tu dois vivre pour moi ! Je ne supporterai pas de continuer à exister dans ce monde, en sachant que tu es morte dans mon cabinet, sous mes yeux. Je ne n’admettrai pas d’avoir été aussi impuissant que je l’étais à l’école de médecine. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, je pourrais même dire que du sang a coulé dans les veines de l’humanité. J’ai commencé à préparer de quoi te garder en vie si jamais ton c?ur venait à ne plus battre dans ta poitrine. J’ai envisagé toutes les façons possibles pour que tu survives.

    Pardonne ma perversité en ce moment tragique, ma belle Mary, mais étendre ce linge froid sur toi m’a rempli d’amour. Ta peau est si blanche et chaude. Tu es telle une déesse prisonnière du monde des Hommes. Et telles les éblouissantes divinités de l’Antiquité, je ferai en sorte que tu ne sois pas juste de passage chez les mortels. Non, toi, Mary, tu seras la Nymphe de la Liberté Immortelle ! Je ne te laisserai pas mourir, je te le promets.

     Les auteurs de SFFFH ont du talent

    Si vous voulez en savoir plus, c'est par ici : Mary Wollstonecraft 

     

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :