• BD - Communardes ! Nous ne dirons rien de leurs femelles

    Titre : Communardes !  Nous ne dirons rien de leurs femelles

    Auteurs : Wilfrid Lupano, Xavier Fourquemin et Anouk Bell

    Éditions : Vents d'Ouest

    Synopsis :Marie n'est pas une intellectuelle, ni une aristocrate, encore moins une militante. La Commune, elle aurait pu ne pas la vivre, et continuer à accumuler de la rancoeur et de l'amertume dans sa vie de servante, d'ouvrière à la journée. Seulement, la Commune est là et, avec elle, une occasion en or de régler les comptes, de laisser sortir enfin cette froide colère qui lui tord le ventre, de redresser la tête, de faire payer ceux qui ont fait de sa meilleure amie Eugénie : un fantôme dont le rire dément résonne dans une crypte de damnées. La Commune promet que les lâches et les oppresseurs d'hier vont payer. Ça tombe bien, Marie en connaît quelques-uns. Et elle est prête à se salir les mains...

    BD - Communardes !  Nous ne dirons rien de leurs femelles

    Mon avis :

    Troisièmes et derniers volumes de Communardes ! Après la gamine des rues, l’aristocrate voila la bonne. Dans ce volume, c’est surtout l’histoire d’une sororité brisée. Marie est la bonne, mais aussi l’amie de sa jeune maîtresse Eugénie. Malheureusement, il ne fait pas bon être une jeune fille en fleur auprès d’une bourgeoisie coincée et réactionnaire. Lorsqu’Eugénie tombe enceinte hors mariage, engrossé par un simple petit bibliothécaire, son père la colle au couvent pour s’éviter le déshonneur, et Marie est renvoyée. Le destin va la pousser dans la commune, tout d’abord simple aide de camp pour nourrir les soldats (faut bien gagner sa croute), elle va en faire une quête personnelle lorsqu’elle retrouvera Eugénie rongée par la folie au fin fond d’un cachot du couvent. Elle a des comptes à régler avec cette bourgeoisie crasse qui condamne les femmes libres. Elle se battra vaillamment auprès de l’aristocrate fantôme avant d’être arrêtée. Mutique après la défaite, elle est expédiée avec beaucoup d’autres, dont Louise Michel, en Nouvelle-Calédonie.

    J’ai trouvé ce tome beaucoup plus politique et engagé, d’autant qu’on retrouve des morceaux de discours tenu contre les femmes impliquées dans la commune, pour faire simple elles étaient faibles d’esprit et manipulées. Ça en dit long sur la vision de la femme à cette époque. Ce troisième destin est celui qui m’a touché le plus, même si c’est celui avec le dessin que j’aime le moins.

    Pin It

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :