• Je parle assez peu Jeu vidéo sur le blog, mais là j’avais envi de parler de ce jeu.

    Jedi Fallen Order est un jeu Respawn et EA. On y incarne Cal, un jeune « padawan » qui a survécu à l’ordre 66 (celui ordonnant la purge Jedi) et qui vit caché comme ferrailleur.  Sa vie bascule lorsqu’il sauve la vie de son ami grâce à la Force. Repéré par l’Empire, il se retrouve avec les Inquisiteurs aux fesses. Aidez par Cere et Greez, il va parcourir la galaxie pour éviter que l’Empire ne mette la main sur une liste d’enfant sensible à la Force.

     

     Mon avis :

     

    Je parle assez peu Jeu vidéo sur le blog, mais là j’avais envi de parler de ce jeu.

     

    Jedi Fallen Order est un jeu Respawn et EA. On y incarne Cal, un jeune « padawan » qui a survécu à l’ordre 66 (celui ordonnant la purge Jedi) et qui vit caché comme ferrailleur.  Sa vie bascule lorsqu’il sauve la vie de son ami grâce à la Force. Repéré par l’Empire, il se retrouve avec les Inquisiteurs aux fesses. Aidez par Cere et Greese, il va parcourir la galaxie pour éviter que l’Empire ne mette la main sur une liste d’enfant sensible à la Force.

     

    Cela faisait longtemps qu’un jeu action aventure sur Star Wars n’était pas sortie. Et j’ai beaucoup aimé ce jeu. Si au début, j’étais un peu énervée car j’aurai aimé pouvoir jouer avec un personnage féminin. J’ai laissé cette considération de côté pour vivre pleinement l’aventure avec Cal. Car oui, Cal est vraiment attachant.  J’ai vraiment pris plaisir à suivre son aventure, ses souvenirs de padawan jusqu’à l’ordre 66 et la mort tragique de son maitre. Au fur et à mesure de l’aventure, on retrouve nos pouvoir jedi, « oublié » après la purge.

     

    Avec Cere, ancienne jedi qui s’est coupée de la Force (dont on découvrira aussi l’histoire tragique durant le jeu) et Greez, pilote ronchon et amateur de belles plantes (de botanique hein, vraiment), on parcourt différentes planètes à la recherche d’un holocron (sorte de grosse clé USB jedi) sur les traces d’un ancien jedi et d’une civilisation mystique.

     

    J’aime quand StarWars tournes autour du mysticisme : ancienne civilisation d’avant la république, la Force dans toute son envergure cosmique etc … Cette aventure était donc top pour moi.  Le jeu n’est pas particulièrement difficile (bon ok je joue en facile car j’aime les histoires dans les JV et pas crever toutes les 5 minutes) et le développement de nos pouvoirs et capacités amènent beaucoup de plaisir d’avancer de monter de niveau. On peut également customiser sa tenue, notre droïde, le vaisseau et aussi bien sûr notre sabre laser.

     

    Le principal défaut selon moi revient sur les cartes. Moi qui ai un très mauvais sens de l’orientation dans les jeux vidéo, j’ai vraiment galéré par moment, surtout sur Zefo. Il n’y a pas de « point de téléportation » certes il y a des raccourcis, mais quand il faut retraverser tout le niveau, c’est pas super.

     

    Malgré cela, j’ai passé de très bon moment de jeu avec Jedi Fallen Order, et j’espère bien qu’une suite sera produite, et que cette fois ci Merinn (qui nous rejoins en cours de route, mais je ne vous en dis pas trop pour pas spoiler 


    votre commentaire
  • Un peu de crochet le weekend dernier, j'ai trouvé ce tuto très sympa pour faire des pattounes de chats/chiens.

    Alors oui la vidéo est en japonais, mais les indications sont avec les termes anglais et la vidéo est très bien faite, on voit bien ce qu'elle fait donc facile à suivre malgré tout.

    En gros il y a quatre étapes :

    Le centre :

    Activité manuelle

     

    Le premier contour blanc :

    Activité manuelle

    Les coussinets :

    Activité manuelle

    Et enfin le dernier contour blanc qui donne le final :

    Activité manuelle


    votre commentaire
  • Je mange(ai) régulièrement des yaourts ou dessert dans des petits pots en verre.
    Plutôt que de les jeter au recyclage, je les garde pour en faire des reposes boules à thé.

    J'en ai customisé un pour ma sœur :

    Activité manuelle : repose boule à thé


    2 commentaires
  • Titre : Vert-de-lierre

    Autrice : Louise Le Bars

    Éditions : Noir d'absinthe

    Synopsis : Olivier Moreau, écrivain délaissé par la Muse, retourne dans le village de sa Grand-Mère, récemment décédée, pour mettre de l’ordre dans ses affaires comme dans son esprit. Il y renoue avec les souvenirs de son enfance, et redécouvre un étrange personnage de conte populaire local surnommé le Vert-de-Lierre, cet antique vampire végétal qui le fascinait enfant. Cet intérêt va déclencher des visions et cauchemars chez l'écrivain en mal d'imaginaire ainsi que la rencontre de deux femmes tout aussi intrigantes l'une que l'autre. À quel prix Olivier retrouvera-t-il sa muse ?

    Roman - Vert-de-lierre

    Mon avis :

    Un roman court qui se lit très vite et très bien.

    Ce roman est un roman gothique et j’aimerai bien en lire des comme ça plus souvent. J’aurai aimé qu’il soit peut-être un peu plus sombre, mais je chipote. Il va être difficile d’en parler sans révéler des éléments de l’intrigue, même si on voit certaines choses venir si on est un amateur du genre. J’ai personnellement beaucoup aimé l’inversion des points de vue. Là où le roman commence avec un personnage qui s’éclipse tout doucement pour laisser place à un autre. Ce qui montre que l’œuvre a été bien pensée.

    Un retour à la nature du roman gothique en somme. On y retrouve tous les éléments classiques : château, histoire de sorcières, mystère, jeune femme et jeune homme épris, etc.  Et une pointe de nostalgie. Le point un peu noir de ce roman est qu’au final, je ne sais plus où prend la légende et « quelle histoire » est le point d’origine, je me suis un peu perdu… mais c’est peut être voulu.

    Si on est amateur du genre, je le recommande chaudement.


    votre commentaire
  • Titre : Fruit Basket Another

    Autrice : Natsuki Takaya

    Éditions : Delcourt

    Synopsis : Sawa Mitoma manque de confiance en elle. Alors qu’un professeur la réprime pour son retard, un charmant jeune homme vient à son secours. C’est Mutsuki Sôma, le vice-président du conseil des élèves ! Il va immédiatement repérer la fragilité de Sawa et lui tendre un piège en la faisant entrer au conseil des élèves. Fini l’anonymat, le repli sur soi, elle est obligée de se révéler !

    Manga - Fruit Basket another, tome 2

     

    Mon avis :

    Nous continuons à suivre l’éclosion de Motima au sein des membres de la famille Soma. On découvre aussi de nouveaux membres, et également que certains secrets qui touchaient les personnages de la première à changer. Comme Momo qui semble savoir que Momiji est son frère (ou est un coup de bluff de l’autrice ?). Si on retrouve les éléments qui m’ont plus dans le premier, je regrette l’absence de fantastique (la malédiction) de la première série. Même si Hajime porte le bracelet de Kyo. Simple bijou ou protection ?

    J’attends d’en savoir plus.


    votre commentaire
  • Dans le cadre du Mooc Ecriture créative organisé par Cécile Duquenne, je devais écrire 3 anecdotes sur mon "enfance', deux vrais et une fausse. Mais la fausse devait sonner vraie. Je vous laisse donc découvrir mes anecdotes et trouver laquelle est la fausse. Ceux qui me connaisse bien trouveront facilement, les autres : bonne chance !

    Anecdote 1 : Quand j’étais gamine, mes parents ont déménagé en Guyane française. Mes grands-parents étaient venus nous voir pour quelques semaines. Mon grand-père ayant l’habitude de m’emmener pêcher en métropole, il me proposa donc de continu cette petite tradition, mais dans les rivières guyanaises. Nous sommes donc partis avec les cannes à pêche et les appâts. Nous avons traversé un bout de forêt amazonienne avant d’arriver à une crique. Le temps que papi installe tout, je suis allée capouiller. Les fleuves et leurs affluents ont une eau très turbide, on voit rarement ses pieds lorsque le niveau de l’eau arriver à mi-mollet. Dès que tout fut prêt, je me suis installée auprès de lui, canne à pêche en main, prête à sortir le repas du soir. Après quelques touches infructueuses, le bouchon de papi s’enfonça rapidement dans les profondeurs. Le poisson tirait fort et la ligne secouait la canne dans tous les sens, menaçant de la casser. Mais papi, c’est l’as de la pêche. Et lorsque la ligne se relâcha un peu, il donna un coup sec pour sortir… Un piranha ! Nous l’avons bien distingué pendant qu’il pendouillait au bout du filin de la canne. Stupéfait, papi reste un moment à l’observer avant de le ramener vers lui. L’animal sectionna alors la ligne d’un coup de dent acéré et retourna de là où il venait. C’est-à-dire là où je m’étais baignée peu de temps auparavant. J’aurai pu me faire boulotter les orteils par l’un des poissons les plus voraces d’Amazonie !

    Anecdote 2 : Pendant mes études en science, le peu de temps libre que j’avais était consacré au cinéma. Alors quand j’ai vu que Christopher Lee venait à Paris dans le cadre du festival Jules Verne Aventure au Grand Rex, j’ai sauté dans un train pour la capitale. Ma sœur et un pote m’ont rejoint pour l’occasion. Le film « La momie » produit par la Hammer films était diffusé dans l’après-midi puis s’en suivais une séance de dédicace de Christopher Lee. La sécurité laissait entrer les gens petit groupe par petit groupe pour ne pas avoir une foule compacte face à l’acteur de plus de quatre-vingts ans. Nous faisions la queue pour avoir notre autographe depuis plus de deux heures lorsqu’enfin, nous étions devant la porte attendant enfin de rentre dans la salle de notre idole. Et là horreur, la sécurité nous annonce que l’acteur ne signera plus d’autographes. Désespérés par ce manque de chance, ma sœur et mon pote commencent à quitter les lieux. Mais pour moi, il était hors de question que je reparte bredouille. Cela allait être mon unique chance d’accomplir un rêve ! Dracula, Frankenstein, la momie, Fu Manchu, Saruman et le comte Dooku ! Je rattrape mes deux larrons et je nous glisse en douce dans le Grand Rex, nous montons les escaliers et tombons sur un agent de sécurité. Je le supplier de nous laisser passer, prétextant que je venais de loin. Devant ma jolie bouille et mes yeux embués de larmes, il nous laissa passer ! Et là, les jambes tremblantes, je me sus retrouver en face de Christopher Lee me demandant, en français of course, mon nom pour signer mon DVD. J’ai donc un P**** d’autographe de Christopher Lee.

    Anecdote 3 : Je vais souvent faire des balades dans les bois. Heureusement, la forêt métropolitaine regorge de moins de danger que la forêt amazonienne. Adieu piranha, serpent corail, mygales, jaguars et autres bestioles pleines de dents, de griffes ou de dard empoisonné. Comme je suis passionnée de faune, surtout celle qui ne risque pas de vous tué, j’ai toujours un sac à dos avec mes guides naturalistes, à manger, de l’eau, une trousse de secours, mes jumelles et des boites pour collecter des échantillons de tout ce que je pourrais trouver de sympa : orvet mort, tête de scarabée, crotte de martres, coquille d’œuf… Le tout pèse souvent son petit poids, mais quand on est un peu sauvage… on est un peu sauvage quoi. Le matin assez tôt est le meilleur moment pour observer l’avifaune. Au bout d’un moment, j’entends du bruit dans des fourrés. Je me dis que ça va être encore un chevreuil. Cela ne ferait que le quatrième ou cinquième depuis le début de ma rando. Et là, je vois surgir à quinze mètres, un sanglier. Pire ! Un troupeau de marcassin l’accompagne. Une laie avec ces marcassins. Mon papi, qui fut chasseur autant que pêcheur, m’avait toujours dit : si tu vois une laie avec ses petits, tu cours. Lorsque j’ai vu la mère me regarder et trottiner vers moi, j’ai balancé mon sac qui pesait deux tonnes et j’ai couru le plus vite que je n’ai jamais couru. J’ai réussi à me mettre en sécurité dans un arbre. Mais la laie et sa progéniture avaient disparu. Je suis allée récupérer mon sac sur la pointe des pieds et ai déguerpi en quatrième vitesse.


    votre commentaire
  • Cela faisait longtemps que je n'avais rien mis sur la construction de mon R2 (avec les éditions altaya). J'ai reçu récemment les numéro 70-75 ! Donc autant dire que je suis totalement à la bourre dans le montage (environ 50 numéro déjà monté) et la publication de l'avancée sur le blog !

    Dans le numéro 5, on commence à construire la tête de R2.

    Construire votre R2-D2 (5 et 6)

    Bon pour sûr, pour le moment ça ne ressemble pas à grand chose ! Mais ça ne va pas tarder à être plus impressionnant !

    Dans le numéro suivant, un petit peu d'électronique puisque l'on va monter un des écrans que l'on retrouve sur le droïdes.

    Construire votre R2-D2 (5 et 6)

     

    Pour le moment, ce sont globalement des parties séparées qui sont proposées au montage. Si je ne comprends pas vraiment pourquoi on ne monte pas la structure d'un coup et le détail après, j'apprécie la lisibilité des manuels et la simplicité du montage

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique