• Titre : Génération mal logée ! tome 1

    Autrice : Yatuu

    Éditions : 12 bis

    Synopsis : JF sérieuse et motivée cherche appt à louer. Propre, bien élevée et indépendante, je n'exige aucune garantie Sauf une ou deux choses un studio si possible sans cafards ni champignons, des fenêtres avec carreaux, sans fuite d'eau, et pouvoir m'étendre sans toucher les 4 murs (solides et sans trous de préférence) ... Je suis disponible de suite

    BD - Génération mal logée !

    Mon avis :Yatuu retrace avec humour toute la difficulté de trouver un logement convenable à Paris. Rien de nouveau sous le soleil sur cette problématique, mais au moins on rigole en lisant les péripéties de Videl.
    D'où tout l’intérêt de faire des études hors de la région parisienne.


    votre commentaire
  • Jellyfish est un flm de Kiyoshi Kurosawa avec Jô Odagiri, Tadnobu Asana, Tatsuya Fuji ....

    Synopsis : Mamoru, un jeune homme mystérieux, vit avec une méduse mortellement dangereuse mais d'une luminosité obsédante. Ces deux solitaires attirants piquent quiconque s'approche de trop près. Fasciné par son collègue Mamoru, Yuji, un adolescent sans repères, se laisse influencer par ce dernier.
    Lorsque Mamoru est arrêté pour le meurtre de son patron, Yuji accepte de s'occuper de la méduse. Il sympathise avec le père de Mamoru qui l'aide à s'ouvrir à la vie.

     Mon avis :

    Ha les méduses fascinantes créatures !

    Je le dis tout de suite si vous vous posé la question : Non il n’a rien à voir avec Akira Kurosawa. Hormis le patronyme et le fait d’aimer les ploucs, le petit peuple et les loosers, je pense qu’ils n’ont rien en commun. (D’ailleurs personne n’a rien de commun avec Akira Kurosawa sur le plan cinématographique !).

    On est dans les bas fonds du Japon. Exit les beaux paysages idylliques de cartes postales. Non là on est dans le Japon pauvre, qui vit dans des 9 m² et de petits jobs sous-payés. Les deux personnages principaux n’ont qu’un but : adapté la méduse à l’eau douce pour la relâcher dans les égouts. Yuji suit sans grande conviction son ami Mamoru jusqu’à ce que tout dérape : Mamoru assassine le patron et la méduse tombe de son bocal dans l’égout.

    J’avoue avoir un peu de mal à saisir le fond du film, j’y réfléchis encore à vrai dire… S’adapter à un nouvel environnement ? Trouver sa voie ?   Peut-être un peu de tout… Mais  les méduses c’est cool !

     

     


    votre commentaire
  • Titre : Oda Nobugana

    Auteur : Charles-Pierre Serain

    Éditions : Centon

    Synopsis : Depuis cent ans, ce pays est livré aux luttes intestines, aux appétits féroces de chefs de clan qui tous ne font que s’entre-détruire. Regarde le Japon ! C’est un immense champ de bataille où chaque victoire est suivie par une défaite au moins aussi provisoire. Au final, à part des milliers de morts sur les champs de bataille, la situation est toujours aussi chaotique. Le shôgun n’a presque plus de pouvoir. L’empereur l’a perdu à jamais. Ce sont des bandes de guerriers assoiffés de sang qui détruisent nos villes, nos monastères, nos villages et appauvrissent un peu plus chaque jour cette terre. Il faut quelqu’un pour arrêter cela, pour stopper enfin ce gâchis. Et ce quelqu’un, ce sera moi.

    Livre - Oda Nobunaga

    Mon avis :

    Merci aux Éditions Centon pour ce Sp qu’ils m’ont envoyé l’année dernière et que j’ai pris bien trop de temps à le lire ! Si j’avais beaucoup aimé celui sur Toyotomi Hideyoshi, celui-là m’a moins plu. C’est surtout que la vie de Nobunaga se résumé à beaucoup de batailles et de stratégie militaires, là où Hideyoshi est plus politique et subtile à mon goût.

    Le livre décrit la vie de Nobunaga qui pas entamé la réunification du Japon. Destin qu’il n’aura pas le temps d’accomplir, mais bien l’avancer. Personnage peu sympathique, on a du mal à vraiment avoir de la compassion pour lui. Mais il marque l’histoire du Japon sur le plan militaire et politique.

    Le livre est bien écrit et on ne remerciera jamais assez l’auteur d’avoir fait des notes de bas de page sur les termes japonais et une liste des personnages. Ce qui peut aider les néophytes à s’y retrouver.


    votre commentaire
  • Titre :Les héritiers d'Higashi, tome 1:Okami hime

    Autrice : Clémence Godefroy

    Éditions : Editions du Chat Noir

    Synopsis : Il y a bien longtemps à Higashi, les différentes lignées de bakemono, ces humains porteurs d’esprits animaux et dotés de pouvoirs incroyables, vivaient en harmonie. Mais la guerre les a décimés, et depuis un siècle le clan Odai et les descendants des renards règnent sans partage sur l’archipel, reléguant les autres bakemono aux brumes du passé.

    Ayané, jeune disciple de l’Ordre de la Main Pure, se soucie bien peu de ces légendes. Pleine d’énergie mais peu disciplinée, elle aimerait surtout faire ses preuves au combat. Jusqu’au jour où ses supérieures lui assignent une mission très spéciale : partir au service d’un clan prestigieux dans le nord du pays et veiller sur leur hôte, Numié Dayut, une princesse exilée qui cache un lourd secret.

    Roman - Les héritiers d'Higashi : Okami hime

    Mon avis :

    J’étais impatiente de découvrir la collection Neko  des Éditions sur Chat noir. La couverture est magnifique et l’intérieur soigné.

     Mais au final je n’ai pas été transporté. J’ai eu beaucoup de mal à me plonger dans l’univers. Pensant tout d’abord à une ambiance Japon 13-14 è siècle, voilà que ça parle d’un train, ambiance plus Meiji ? Donc au final j’ai eu du mal à me représenter les lieux et les ambiances.

    Ensuite, l’histoire se tient, mais j’ai trouvé beaucoup d’éléments prévisibles, pas assez subtils. Certains éléments se voient venir gros comme des maisons. L’intrigue est aussi un peu longue à se mettre en place et le livre commence à devenir plus prenant vers le 3e quart. Vu qu’il s’agit du premier tome d’une trilogie, ceci peut expliquer cela. Ce que j’ai le plus apprécié ce sont les personnages, beaucoup de personnages féminins, des caractères divers et variés. Même si parfois prévisibles. Disons qu’il n’y a pas d’innovation, mais c’est bien fait.

    J’aurai aimé aussi un petit lexique. Car si une personne « non-japonisante » lit ce livre, elle va vite se perdre dans les termes japonais : les yokais, les bakémonon, tanuki, orochi … bred. Même moi je m’y suis perdu un peu.

    Un livre sympa, mais sans plus.

     

     

     


    votre commentaire
  • Titre : Vert-de-lierre

    Autrice : Louise Le Bars

    Éditions : Noir d'absinthe

    Synopsis : Olivier Moreau, écrivain délaissé par la Muse, retourne dans le village de sa Grand-Mère, récemment décédée, pour mettre de l’ordre dans ses affaires comme dans son esprit. Il y renoue avec les souvenirs de son enfance, et redécouvre un étrange personnage de conte populaire local surnommé le Vert-de-Lierre, cet antique vampire végétal qui le fascinait enfant. Cet intérêt va déclencher des visions et cauchemars chez l'écrivain en mal d'imaginaire ainsi que la rencontre de deux femmes tout aussi intrigantes l'une que l'autre. À quel prix Olivier retrouvera-t-il sa muse ?

    Roman - Vert-de-lierre

    Mon avis :

    Un roman court qui se lit très vite et très bien.

    Ce roman est un roman gothique et j’aimerai bien en lire des comme ça plus souvent. J’aurai aimé qu’il soit peut-être un peu plus sombre, mais je chipote. Il va être difficile d’en parler sans révéler des éléments de l’intrigue, même si on voit certaines choses venir si on est un amateur du genre. J’ai personnellement beaucoup aimé l’inversion des points de vue. Là où le roman commence avec un personnage qui s’éclipse tout doucement pour laisser place à un autre. Ce qui montre que l’œuvre a été bien pensée.

    Un retour à la nature du roman gothique en somme. On y retrouve tous les éléments classiques : château, histoire de sorcières, mystère, jeune femme et jeune homme épris, etc.  Et une pointe de nostalgie. Le point un peu noir de ce roman est qu’au final, je ne sais plus où prend la légende et « quelle histoire » est le point d’origine, je me suis un peu perdu… mais c’est peut être voulu.

    Si on est amateur du genre, je le recommande chaudement.


    votre commentaire
  • Titre : Cornik consulting, tome 1

    Auteur : Guillaume Sauvage

    Editions : Nutty Sheep

    Synopsis : Vascan est la preuve que l’on peut tout rater dans sa vie... y compris sa mort. Paresseux, alcoolique, obsédé, cynique et suicidaire, il est pourtant recruté par un étrange personnage dans une entreprise dynamique qui en veut. Il n’y a pas besoin d’être damné pour travailler à Cornik Consulting, mais ça aide !

    Cornik Consulting, épisode 1

    Mon avis :

    À n’en pas douter, le point fort de cet épisode, c’est la narration. J’adore le ton : sarcastique, noir, cynique… Personnellement je trouve ça très drôle et on s’attache vite au principal protagoniste. Gros looser dépressif. Après je trouve les personnages un peu clichés. J’attends de voir la suite pour juger l’histoire, car si on voit les choses se dessiner, je m’attends à des retournements de situations.

    En tout cas, ce premier épisode se lit bien, il est assez addictif.


    votre commentaire
  • Titre : Voyage en terres sauvages - épisode 1 et 2

    Autrice : Tiphaine Levillain

    Éditions : Nutty Sheep

    Synopsis : Le Nouveau Continent a été découvert par hasard. Aussitôt envahi par des hordes de colons, une nouvelle civilisation cosmopolite articulée autour de l'élevage s’y est installée, au détriment des populations qui vivaient déjà là.
    Les Terres Sauvages s'étendent au nord, loin des quelques régions colonisées. Là-bas, les autochtones vivent encore libres, aux côtés des esprits de la nature.

    Kirkima Latross, exploratrice lutine connue et reconnue pour ses nombreuses aventures, se rend pour la première fois sur le Nouveau Continent pour y mener des recherches d'ordre privé...

    Voyage en terres sauvages - épisodes 1 et 2

    Mon avis :

    Vraiment une super petite découverte.

    Le texte oscille entre journal intime et narration classique sur l’expédition d’une jeune aventurière. Souvent, le risque avec des textes courts c’est d’être trop succinct et superficiel. Ce n’est pas du tout le cas ici. Les descriptions sont juste ce qu’il faut pour se plonger dans l’univers sans alourdir le format court. La plume de l’autrice est vraiment agréable et fluide.

    L’héroïne est vraiment très sympathique et sait ce qu’elle fait. On est face à un personnage qui tient la route. Les personnages secondaires sont aussi vraiment bien intégrés et divers. J’aime beaucoup l’univers, j’ai juste un petit doute dès le début sur « l’échelle » de taille des personnages… ce qui me perturbe un peu.

    Je lirai la suite très certainement, car j’ai envie de suivre cette expédition féérique !

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires