• Titre : Zorglub : la fille du Z, tome 1

    Auteur : José Luis Munuera

    Éditions : Dupuis

    Synopsis : Zandra, 16 ans, sort d'une séance de cinéma avec son petit ami, André, lorsque des zorgbots leur tombent dessus et l'enlève... pour la ramener de force chez son père, Zorglub. La conversation qui s'ensuit ne plaît guère à la jeune fille et ne tarde pas à s'envenimer. Jusqu'à ce que, en colère et par erreur, Zorglub déclenche un rayon laser qui transforme une ville entière en île. Alors que le génial inventeur tente de se faire pardonner auprès de son enfant et que le malheureux André échappe tant bien que mal aux robots tueurs pour retrouver Zandra, un politicien vexé de s'être vu refuser la vente d'un rayon "séparatiste" attaque la base avec des soldats armés. Et pour ne rien arranger, Zandra découvre la vérité sur ses origines, une vérité qu'elle aurait préféré ne pas avoir à entendre. Rien ne va plus au pays du Z !

     

    BD - Zorglub, tome 1 : la fille du Z

     

    Mon avis :

    J’ai ri… Mais j’ai ri…

    Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas autant ri en lisant une BD (ou un comics ou un manga). Vraiment, un très bon album qui réjouira autant les filles que les garçons. L’auteur a vraiment bien travaillé son sujet, sur un sujet certes simple à première vu, mais très bien fait. Il y a de l’humour, des gags, des blagues… Et puis Zorglub en petit papa bien trop paternaliste, ça n’a pas de prix ! Zandra est vraiment un personnage bien construit, jeune demoiselle qui n’a pas sa langue dans sa poche (au sens propre et figuré je dirais), pleine de bonne volonté et bien décidé à ne pas se faire marcher sur les pieds par l’égo démesuré de son père. On louera l’apport de diversité au travers d’André, le petit ami de Zandra, entrainé malgré lui dans la galère Zorglub.

    On notera aussi la critique de l’auteur sur les « spin-off » et autres suites de film via Zandra qui ronchonne en sortant de son film au début de la BD… mais qui a adoré et en redemande. Tout le paradoxe du public et des dans des grandes sagas.

    Si je voulais donner un mauvais point, je pointerais le design de Zandra un peu trop « sexy » avec ces vêtements moulants pour bien profiter de ces charmes… Oui je sais, je suis une infâme féministe, etc.…

    Malgré tout, elle m’a bien plu cette petite Zandra et je conseille à tout le monde de s’y frotter…. Tout en se méfiant du Z…

    Pin It

    votre commentaire
  • Titre : Comme convenu, tome 1

    Autrice : Laurel

    Edition : Auto-édition

    Synopsis : L'histoire en BD d'une start-up de jeux vidéo en Californie

    BD - Comme convenu, tome 1

     

    Mon avis :

    La BD est entièrement disponible en numérique ici : Comme convenu

    Une BD qui a eu beaucoup de succès et qui le mérite amplement. Je n’ai découvert cette BD qu’après le 1er crowfunding et j’ai donc commandé les deux tomes lors de celui destiné à la publication du 2e. Cette BD parlera à beaucoup, car elle aborde des thèmes qui nous touchent tous. En premier lieu, la réalisation d’un projet professionnel rêvé. Puisqu’ici, Laurel et son compagnon réalisent leur rêve en montant une petite boite de jeu vidéo. À n’en pas douté, cela fait échos a des biens des inspirants dessinateurs/trices ou programmeurs/euses. En suite, car elle traite de toutes les difficultés possibles et imaginables, en particulier la naïveté des « jeunes » dans le métier (quel qu’il soit d’ailleurs), et j’espère que cette BD permettra à bien des jeunes d’éviter certains pièges, surtout lorsque l’on travaille dans son métier-passion. En effet, on peut vite se laisser submerger et oublier « de vivre », car son travail est sa passion. Cette BD m’a aussi beaucoup parlé, car elle reflète la vie d’expatriée. Certes, j’étais beaucoup moins loin et avec plus de facilité de rentrer, mais le syndrome de l’expatrier est le même. Encore une fois, malgré le fait que l’on vive sa passion, la distance de la famille et de la terre natale sont des éléments loin (si j’ose dire) d’être facile à gérer.

    Entre déboires professionnels et expatriation, ce premier volume criant de vérité est une vraie petite pépite. Je le recommande à tous, car sa lecture pourra vraiment être utile si on se lance dans une aventure professionnelle (dans le JV ou tout autre !) et que l’on veut que tout ce passe pour le mieux.


    votre commentaire
  • Le blog Arcanes Ouvertes (re)lance son challenge Voix d'autrices en 2018. Je decouvre ce Challenge et je suis tres hureuse de vous le faire decouvrir ! Et bien sur je participe .

    C’est parti pour 50 catégories, soit 50 livres de 50 autrices à découvrir !

    .

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Un défi assez simple, 12 mois dans l’année, 12 livres d’un genre ou d’une littérature particulière à lire ! Aucune contrainte sur l’ordre, la taille et les sous-genres. Vous pouvez très bien lire une romance pour la littérature anglaise ou de la poésie anglaise, ou un roman épistolaire (comme Dracula par exemple)… ou de la SF américaine ou anglaise pour la SF. Attention, un livre ne compte que pour une catégorie ! Romans, nouvelles et poésies bienvenues !

     

    Defi : 12 mois 12 livres

    1 — SF

    2 – Littérature française

    3 — Fantastique

    4 — Fantasy

    5 – Littérature anglaise

    6 — Polar

    7 – Littérature tchèque

    8 – Littérature allemande

    9 – Littérature espagnole

    10 – Littérature Ruse

    11 — Theatre

    12 – Aventure

     

    Defi : 12 mois 12 livres

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Titre : A la recherche des animaux mystérieux, idées reçues sur la cryptozoologie.

    Auteur : Eric Buffetaut

    Edition : Le cavalier bleu

    Synopsis :Yéti, Bête du Gévaudan, monstre du Loch Ness, grand serpent de mer? le bestiaire de la cryptozoologie fascine autant qu'il hérisse. Coincée entre scepticisme et crédulité, science pour les uns ? les découvertes de l'okapi ou du saola témoignent de la validité de la démarche ?, pseudo-science pour d'autres, la cryptozoologie n'en finit pas de faire débat. Pour tenter d'y voir plus clair, il est donc important de passer en revue certaines des « causes célèbres » de la cryptozoologie et, au-delà de l'existence ou non de ces animaux, de s'interroger aussi sur l'édifice culturel, sociologique et ethnographique qui s'est construit autour. Car quand bien même certains de ces êtres mystérieux n'auraient pas de réalité biologique, il n'est pas interdit d'introduire une part d'imagination, voire de rêve, dans la recherche scientifique. Si le rêve est maîtrisé, la recherche n'en devient que plus créative.

    Science - A la recherche des animaux mystérieux.

     

    Mon avis :

     Un très bon livre que j’ai dévoré. La cryptozoologie souffre d’une image fantasque pratiquée par quelques illuminés au même titre que la recherche de vie extra-terrestre souffre d’une image de chercheur de petits hommes verts (Yoda, où te caches-tu ?). Mais, derrière les loufoqueries et les autres histoires saugrenues, se cache une science, un peu à part, mais qui repose sur une démarche tout à fait scientifique. C’est ce qu’explique ce livre démêle un peu tout les mythes et légendes sur la cryptozoologie. Dans sa définition, la cryptozoologie est la recherche de GRANDS animaux inconnus de la science. Parce que sinon, avec les milliers d’espèces découvertes chaque année, cette science n’aurait rien de fantasque. Mais la cryptozoo repose surtout sur des informations des populations autochtones puis de la récolte d’indices jusqu’à la découverte de l’animal en question.

    Le livre en trois parties, la première présente les succès de cette démarche, la seconde les « mythes » et la troisième est un bilan. Le tout est extrêmement bien rédigé et clair pour les néophytes (malgré quelques termes scientifiques spécialisés glissés par-ci par-là) et éclaire un peu une démarche entachée de canulars et autres croyances fantastiques (mais pour autant qui restent sympathiques). Entre démarche scientifique et imaginaire, la cryptozoologie n’a pas fini de faire parler d’elle.

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Cette année, malgré le travail demandé par la thèse, j'ai pris le temps de me regarder pas mal de films. J'ai donc réussi le challenge avec 80 films (et peut-être un peu plus car je pense en avoir oublié quelques uns ...).

    Je suis assez fière de ce score et comme le Challenge se renouvelle, j'ai bien l'intention de continuer sur cette lancée !

     Si vous souhaitez vous lancer dans l'aventure, voici tous les renseignements nécessaires : par ici. Pour résumer, il faut regarder 1 film par semaine, toutes les semaines de l'année, donc 52 films.

    Que la cession 2018 commence !

    Challenge Le film de la semaine : Bilan 2017

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Pour le début de cette nouvelle année, et le premier thé de cette rubrique, je vous propose de découvrir le thé blanc du dragon. J'avais acheté ce thé sur le marché de Noël  l'année dernière, mais je ne me souvenir du nom du fournisseur ... Heureusement internet est là ! Vous pouvez donc retrouver ce thé blanc sur ce site : les thés d'Armelle.

    Il s'agit donc d'un thé blanc litchi-pêche (liste des ingrédients : Thé blanc Pai Mu Tan, Mao Feng, thé vert Chun Mee, morceaux d'ananas confits (ananas, sucre), morceaux de mangue confits (mangue, sucre), morceaux de pa- paye confits (papaye, sucre), écorces d'orange, arôme, tranches de fraise, Jasmin Dragon Pearls, groseilles, baies d'aronia, morceaux de cerise).

    Il se fait prépare avec un eau à 70-80°C (d'où l’intérêt d'avoir une bouilloire qui module la température). Il sent vraiment très bon pendant l'infusion et a le bon goût fruité du litchi. Très frais et doux.

    Thé blanc du dragon

    Bonne dégustation !

     

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires