• Aujourd’hui n’était pas un jour de capture. Mais j’ai du vérifié les vides ou déjà construit de gobe-mouche.

    Jour 6

    Dans certains d’entre eux, il y a déjà des œufs !

    Jour 6

    Les sittelles ont éclos dans certains nids.

    Jour 6

    J’ai pu observer beaucoup de biches, mais je n’ai jamais pu les prendre en photos. Les écureuils ont été plus coopératifs.

    Jour 6

    Résumé :

    Nids de gobe-mouches : 36

    Nids avec œufs : 6

    Podomètre : 17 km

    Pin It

    votre commentaire
  • Une bonne journée de capture aujourd'hui. La pluie d'hier a fait sortir quelques nouvelles bestioles 

    Jour 5

    et le soleil d'autres (un orvet et pas un serpent).

    Jour 5

    Deux fois, j'ai eu le mâle et la femelle dans le nid.

    Jour 5

    Je suis aussi contente que ma mésange noire incube. L'année dernière elle avait déserté le seul nid que j'avais...

    Jour 5

    J'ai aussi attrapé une mésange bleue plutôt agressive puisqu'elle m'a copieuse bectée la main !

    Jour 5

     

    Et je vais pas manquer de muguet

    Jour 5

    Résumé:

    Piège : 21

    Capture : 14 (1 nouveau, 4 femelles, 9 recaptures) + 1 mésange bleue

    Podomètre : 18 km + 2km de vélo

    Pin It

    votre commentaire
  • Lorsque je raconte ma vie de terrain (comme dans ces billets), les gens me disent : ha ! Tu as trop de la chance de travailler dehors.

    Oui, c’est vrai que je ne me plains pas. Mais les gens oublient aussi que je ne travaille pas dehors QUE quand il fait un temps idéal.  La première semaine, celle où j’étais bloquée par mon torticolis, mes collègues ont eu droit à de la neige. Et aujourd’hui, c’était mon premier jus de chaussette. Une belle petite pluie d’orage. J’ai eu le temps de mettre mes vêtements de pluie pour ne pas être trempé.  Ce n’est pas très agréable de bosser dans ces conditions, mais c’est comme cela. Avec le printemps, je vais aussi avoir souvent des pluies d’orage. Heureusement aujourd’hui il a plus tard, donc ça n’a eu que peu d’impact sur nos captures.  J’ai d’ailleurs capturé ma première femelle. Signe que la saison progresse doucement.

    Jour 4 : jus de chaussette

    Autre signe de l’avancement de la saison, les mésanges et les sittelles commencent à incuber. D’ici une quinzaine de jours, on aura les premiers poussins de ces deux espèces. Les gobe-mouches eux n’ont même pas encore commencé les nids. (Respectivement : mésange bleue, sittelle. Les photos ne sont pas très bonnes, mais je tiens à déranger le moins possible mes femelles qui incubent)

    Jour 4 : jus de chaussette

    Jour 4 : jus de chaussette

     

    Résumé :

    Piège : 22

    Capture : 2 nouveaux, 1 femelle, 6 recaptures et 3 évadés = 12

    Podomètre : 20km + 2 km vélo.

    Pin It

    votre commentaire
  • Enfin, les oiseaux sont là ! Une journée un peu plus remplie que les autres jours donc.

    L’année dernière nous avions mis des géolocateurs sur certains individus pour suivre leurs migrations. Cette année nous espérons les récupérer pour que mon collègue puisse travailler dessus. Je suis contente pour lui, car nous en avons récupéré déjà 12 (ça peut paraitre peu, mais c’est déjà pas mal !) (la forme un peu bizarre entre les 2 ailes)

    Jour 3

    Les oiseaux sont aussi bagués pour pouvoir les identifier. Il peut y avoir plusieurs types de bagues, ici vous pouvez en voir deux sortes : la métallique avec le numéro d’identification de l’individu et une bague de couleur qui nous permet de savoir que nous l’avons déjà attrapé cette saison (donc on le laisse repartir).

    Jour 3

    Les gobe-mouches n’ont pas commencé à nicher, mais les mésanges oui, et parfois lorsque les femelles incubes, elles n’aiment pas être dérangées….

     

    Résumé :

    Piège : 22

    Capture : 2 nouveaux + 2 recaptures

    Podomètre : 22 km

    Pin It

    votre commentaire
  • Un jour assez chiant… Bosser dehors, ça peut être super cool. Mais on peut aussi s’emmerder comme des rats morts à marcher, marcher marcher.  Et aujourd’hui était de ceux-là.

    Bon, j’ai attrapé le même mâle que le 1er jour et j’en ai laissé échappé un (mais ça pouvait bien être le même que lundi pour une 3e fois puisque c’est dans la même zone…). J’ai aussi choppé une mésange charbonnière.

    Jour 2

    Sinon, je me suis fait une belle frayeur ce matin. Je vérifie un nid avec des œufs quand j’entends du bruit dans les fourrés. Et là, 3 sangliers à 5 mètres de moi… J’ai sauté derrière un arbre au cas où l’un d’entre eux prenne l’envie de faire demi -tour pour venir me voir de plus près. Heureusement, ils ont détalé.  Ouf, quand je pense que mon directeur de thèse n’en a jamais vu sur la zone d’étude… et que l’an dernier j’avais vu une laie et ses marcassins….

    Heureusement, certaines rencontres sont plus sympa

    Jour 2

     

    Résumé :

    Piège : 22

    Capture : 0 ( la mésange ne compte pas !) + 1 échappé

    Podomètre : 21 km.

    Pin It

    votre commentaire
  • Enfin ! Après plusieurs jours coincée au lit à cause d’un (très) méchant torticolis, me voilà de nouveau opérationnelle !

    Premier jour de terrain ! Les gobe-mouches à collier arrivent tout doucement. J’ai d’ailleurs fait ma première capture de la saison (mais la seule !).

    La journée se déroule comme cela : activation des pièges dans les nids et « attente » de capture. Quand je dis « attente », cela ne veut pas dire assises à gober les mouches… Puisque les nids sont répartis sur une zone de plus de 2 kilomètres et il faut laisser les oiseaux un minimum de temps piéger dans le nid, on marche… marche entre les nichoirs pour savoir si on a attrapé ou pas. Cela de 7 h à 14 h. Si on a une capture, il faut l’amener à la station d’études qui est à 20 minutes de marche…

    En tout aujourd’hui, j’aurai parcouru 21 kilomètres (sachant que je n’ai fais qu’une capture…). Une petite journée donc. Il faut cependant relativiser, car je travail dans un très beau cadre et je prends un peu le temps d’apprécier la nature autour de moi.

     

    Résumé :

    Piège : 22

    Capture : 1

    Podomètre : 21 kilomètres.

    Pin It

    votre commentaire
  • Titre : A quoi sert l'histoire des sciences

    Auteur : Michel Morange

    Éditeur: Éditions Quae

    Synopsis :Les disciplines étudiant la formation de la connaissance scientifique – histoire, philosophie et sociologie des sciences – ont toujours occupé une place à part dans le paysage intellectuel. Traditionnellement vues par les scientifiques comme des activités de fin de carrière, elles ont acquis récemment une place, encore modeste, dans leur formation : elles contribueraient à la culture générale. Pour certains sociologues des sciences, au contraire, elles seraient « la science de la science », la description des mécanismes par lesquels se constitue la connaissance scientifique et auxquels le scientifique devrait rester insensible pour être efficace.
    L’objectif de cet ouvrage est d’aller au-delà de ces points de vue caricaturaux. La recherche scientifique, de même que l’histoire, la philosophie et la sociologie des sciences, ont toutes pour ambition d’augmenter la rationalité du monde.
    Ce que le scientifique fait dans l’urgence de la recherche, avec enthousiasme, n’est pas différent du travail postérieur de l’historien et du philosophe. Si ces derniers y perdent en intensité, ils ont le recul qui leur permet de mieux apprécier les raisons de la transformation des sciences.
    C’est par ce surcroît de rationalité que l’histoire, la philosophie et la sociologie des sciences peuvent contribuer à la formation des scientifiques.

    Livre - A quoi sert l'histoire des sciences ?

     

    Mon avis :

    Un petit livre intéressant qui est la retranscription d’une conférence. Comme je m’intéresse de plus en plus à l’histoire des sciences, je trouvais que la question de l’utilité pouvait être instructive. Je pense qu’il va me falloir un moment pour intégrer un peu le message et la réflexion de la conférence, car je ne l’ai pas trouvé très facile d’accès. Le reproche que je ferai, c’est qu’on à une conférence faite par « un littéraire » (bien que scientifique aussi), et que si, comme moi, on est néophyte en histoire et surtout philosophie, il y a des concepts qui m’échappe. C’est dommage.

    Pour un public déjà un peu expérimenter sur ce genre de questionnement.

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires