• Alfred R. Wallace, l'explorateur de l'évolution

    Edition de l'Evolution

    Auteur : Peter Raby

    Resumé :

    En 450 pages captivantes, la vie du grand naturaliste, explorateur et théoricien, qui allait découvrir du fond des îles Moluques le mécanisme de l’évolution ― la sélection naturelle ―, et en envoyer l’exposé à Darwin. Douze années dans les jungles d’Amazonie et de Malaisie à chasser, écorcher, épingler insectes, papillons, oiseaux , à cataloguer, théoriser. Puis à sa vie d’humaniste en Angleterre, consacrée à la science, au droit des faibles, au spiritualisme auquel il s’est converti, et qui lui vaudra bien des déboires.

     

    Alfred Wallace

    Chronique :

    Merci à Babelio et les Éditions de l’Évolution pour ce livre de masse critique (même si ma critique arrive très tard, mais comme Wallace, j’ai pas mal voyagé, et le courrier arrive toujours trop tard.)

     

    Voilà une magnifique biographie-aventure à lire ! Un superbe moment de science et d’humanisme.

     

    Je connaissais Alfred Wallace puisque je suis écologue et que l’évolution, c’est mon quotidien. J’ai été très surprise par la qualité de cette biographie. Elle se lit très facilement et est très bien renseignée, beaucoup de références bibliographiques.

     

    On découvre donc l’oublié Alfred Wallace, codécouvreur de la théorie de l’évolution par sélection naturelle. Bon, je ne sais pas si codécouvreur est le meilleur terme, car il l’a formulé bien après que Darwin l’ai découverte, mais pas encore publié (Darwin a été très « peureux » sur la publication de ses travaux sur ce sujet). Je pense aussi qu’on peur porté au crédit de Wallace le début des études de biogéographies.

     

    On découvre donc cet homme, issu d’un milieu très modeste, qui travaillera dès son plus jeune âge et qui se passionnera très tôt pour l’entomologie. Comme quoi les insectes ça même à beaucoup de choses… À 20 ans, il part en Amazonie pour collecter des spécimens afin de se faire de l’argent (il ne faut pas oublier qu’à cette époque, la richesse de la biodiversité n’était pas encore très connue, ni très popularisée). Mais c’est sans compter son âme de scientifique. Je ne vais pas résumer ce voyage ou celui, le plus important de sa vie en Malaisie où il y fera ses plus grandes découvertes. Mais ces deux voyages sont des vraies aventures, aventures scientifiques, aventures humaines et aventures culturelles.

     

    Peu de choses sur sa vie personnelle, on a les informations classiques, amis, famille, etc., mais pas de voyeurisme. L’homme était timide.

     

    Ce que j’ai découvert c’est le côté humaniste de l’homme. Socialiste avant l’heure, écologiste avant l’heure, et aussi anthropologue qui dénonçait la manière de traiter les indigènes. Vraiment une part très intéressante de sa personnalité.

     

    La partie de sa vie qui peut sembler la plus étrange, et son dévouement corps et âme, pour le spiritisme. Une pratique très courante à l’époque, et l’influence du spiritisme était très différente d’aujourd’hui. Arthur Conan Doyle en était aussi adepte, et nous défend cette croyance (?) avec une aventure du Professeur Challenger (qui au passage me fait un peu penser à Wallace quand même… en moins timide…).

     

    Une biographie donc très complète, mais qui je trouve, est peut être un peu compliqué si l’on n’est pas bien informé du monde scientifique et du contexte historique. Certaines personnes sont présentées comme des évidences dans leurs domaines. Oui certes, mais si on n’a pas la culture scientifique qui va avec la lecture de cette biographie… ce n’est pas toujours facile. Un petit regret aussi, des cartes auraient été bien sympathiques pour comprendre les voyages de Wallace. Si la géographie de l’Amazonie m’est un peu familière, je ne situe que difficilement certains lieux en Malaisie…

     

    Pour autant, il ne faut pas hésiter à s’y attaquer ! Bonne lecture…

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires