• Dans nos marres, nous avons aussi des grenouilles et des crapauds

     

    Voici une grenouille rousse.

    DSCN2415.JPG

    et des crapauds communs (en pleine actions)

    DSCN2315.JPG

     

    Les grenouilles aussi se sont reproduites. Et on obtient quoi à ce moment là ?

    Héhéhé ça sera pour un autre poste !

    Pin It

    votre commentaire
  • DSCN2172.JPG

     

    Hé oui ! des biches  il y en a pas mal sur le camp, j'ai même failli en avoir une sur le capot de ma voiture un matin ! (elle a sauté à 5 mètres devant moi, heureusement je roulais pas vite et il n'y a eu aucun bobo des deux cotés  )

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai deux grands travaux à faire lors de ce stage en Belgique, et l'un d'eux est de piéger les tritons crêtés.

    Ceci permet de retrouver des tritons qui ont été pucés l'an passé et d'estimer la population.

    Pour cela, il faut piéger les mares à l'aide un piège qui ressemble à un entonnoir qui capture les tritons et les grenouilles en général.

    DSCN2118.JPG

     

    Ensuite, il faut bien évidement le mettre dans la mare ! Mais il ne faut pas le mettre n'importe où et n'importe comment.  Les tritons aiment les zones à prêle et à massette, le souci c'est que la végétation empêche souvent de le placer exactement où on voudrai. Il faut aussi que le haut de la grille dépasse afin que les amphibiens  puissent respirer. Certes, ils font de la respiration cutanée, mais le piège reste toute la nuit en place.

     

    DSCN2167.JPG

     

    Après une nuit entière dans la mare, le piège est relevé. A l'intérieur, il y a souvent les 4 races de tritons de la zone : le triton alpestre, le triton palmé, le triton ponctué et bien sur le triton crété.

    Mais l'on trouve aussi des grenouilles et des dytiques.

    Pour les 3 petits tritons (alpestre, palmé et ponctué) je relève simplement le nombres de mâles et de femelles.

    Comme l'étude porte sur les crêtés, je leur fais quelques misères : je vérifie d'abord si l'animal est pucé ou non, si c'est le cas, je relève le numéro de puce et je prend une photo du plastron ventral.

     

    DSCN2342.JPG

     

    Puis la petite bête est mesuré (du museau au cloaque, du museau à la pointe de la queue et pour les mâles, la hauteur de la crête) puis pesé. Pour ce faire, ils sont légèrement drogués. Sinon impossible de les maintenir en place : ils gigotent beaucoup et en plus ils glissent !

     

    DSCN2345.JPGDSCN2346.JPG

     

     

    Une fois tout cela effectué, il ne me reste plus qu'à les libérer.

     

     

     

    Pin It

    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires